Par où commencer ?

 

 

Le TDA/H c’est quoi ?

Est-ce que ce n’est que pour les enfants ?

Toutes les personnes atteintes ont-elles les mêmes symptômes ?

Comment savoir si on a un TDA/H ou non ?

Quelles démarches faire si on pense qu’on en a un ?

Y a-t-il des thérapies plus adaptées que d’autres ?

Des thérapies alternatives ?

 

Si vous êtes un débutant de la “TDA/H attitude”, n’ayez crainte, je réponds à toutes ces questions sur cette page ! 😉

 

Il y a beaucoup de théories différentes sur le TDA/H. Certains professionnels refusent son existence en temps que trouble, ce serait pour eux un simple trait de caractère. D’autres pensent que c’est effectivement un trouble neurologique mais là encore tout le monde n’est pas d’accord sur ses origines ou ses implications. D’autres enfin, admettent ne pas trop savoir, sans pour autant jeter l’éponge, car la recherche avance constamment et petit à petit, on trouve des réponses !

Dans cette page, je vais essayer de vous dépeindre de manière courte les grands traits du TDA/H, son diagnostic et les solutions thérapeutiques. Pour chaque question, je vous donnerai les articles référents où vous pourrez trouver plus d’informations.

 

 

Le TDA/H c’est quoi ?

 

L’acronyme “TDA/H” est né en 1989, mais cette “différence” chez certaines personnes était étudiée depuis déjà longtemps. On a même quelques descriptions amusantes de personnages dans des livres comme L’étourdi de Molière, Les caractères de La Bruyère avec un portrait du personnage de Ménalque (De l’homme), entre autres.

TDA/H veut dire Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité. Ce n’est donc pas l’hyperactivité qui est déterminante dans cette affaire, mais bien l’attention. Elle est le centre du problème et ses états peuvent être très variables. Les difficultés à moduler son attention peuvent entraîner toute une ribambelle de problèmes d’ordre comportementaux, psychologiques, intellectuels ou corporels, très différents voir opposés les uns des autres chez une même personne.

 

Cerveau neurones

 

Alors attention, les spécialistes précisent souvent que le mot “déficit” est plutôt mal choisi et devrait être remplacé par “différence”. Parce qu’une personne avec un TDA/H peut en fait avoir à un moment donné un surplus d’attention sur une chose en particulier (ce qu’on appelle “hyperfocalisation”).

 

“Ouais pas forcément la bonne par contre…” me direz-vous. 🙂

 

Oui bon, on ne peut pas tout avoir! 😉 Mais nous reverrons ce détail plus bas.

 

 

Le TDA/H, ce n’est que pour les enfants ?

 

Jeune fille grimace

Eh bien non ! Les “troubles de l’attention” ne sont pas présents SEULEMENT chez les enfants. Et oui parce qu’à un moment, on grandit, et en devenant adulte on réussit à régler certains problèmes en mettant en place des stratégies (plus ou moins consciemment). Mais on arrive rarement à résoudre de cette manière tous les problèmes… Donc certains enfants avec TDA/H deviennent des adultes conformes à ce que la société considère comme normal, mais beaucoup d’autres gardent leur TDA/H (les petits filous!). Certains n’ont jamais été diagnostiqués parce que d’autres troubles associés cachait celui-ci, d’autres parce qu’il présentaient surtout des symptômes d’inattention et que celui-ci est beaucoup moins connu que l’hyperactivité. Un certain nombre d’adultes dits atypiques sont en fait des personnes avec un TDA/H ou un trouble associé (pas tous hein?!).

Comme la médiatisation du “trouble d’attention” est assez récente, bon nombre d’adultes ont donc dû apprendre à vivre avec, sans le savoir. Et souvent, les échecs rencontrés et les problèmes relationnels engendrés sont des cicatrices douloureuses, très difficiles à dépasser et qui renforcent les symptômes. Selon le milieu social d’où on vient, la famille, l’éducation, et le degré de gravité des symptômes, les chances de dépasser ces derniers et de s’épanouir ne sont malheureusement pas les mêmes. D’où l’intérêt de diagnostiquer le problème le plus tôt possible, ou d’accepter de se faire aider

 

 

Est-ce que toutes les personnes atteintes de TDA/H ont les mêmes symptômes ?

 

Il y a  en fait plusieurs types de TDA/H. Quel que soit le type de TDA/H, il y a un flux de pensées très aléatoire en fonction de la fatigue ou de l’état émotionnel. La plupart du temps les pensées défilent inlassablement et assez rapidement, comme une petite radio mentale dont on fait défiler les stations et dont les voix se superposent. Ça peut être un très gros atout pour la créativité, mais c’est surtout très fatigant à la longue et difficile à gérer quand on essaye de se concentrer sur quelque chose… une personne qui nous parle par exemple…

La capacité d’attention est elle aussi très variable selon les situations et l’état de la personne. Elle peut aller de l’incapacité à se concentrer sur quoi que ce soit, à l’hyperfocalisation sur un objet en particulier (un travail à faire par exemple). Dans ce dernier cas, il peut se passer une catastrophe à côté de la personne sans que cela ne la fasse réagir tant son esprit est entièrement occupée à la tâche qu’il accomplit. Cela provoque bien souvent des malentendus et des déconvenues (et aussi beaucoup de retards) !

 

hyperfocalisation

 

L’énergie des personnes qui ont un TDA/H peut être très instable. Une phase de grande fatigue et de démotivation (voire de dépression) peut être suivie d’une phase d’énergie et de joie intense, qui peut aller jusqu’à l’euphorie (et vice versa bien sûr). Les changements se font en général de manière progressive, un peu comme une vague, et peuvent être assez rapprochés (d’une heure à l’autre parfois). Donc, à ne pas confondre avec d’autres troubles comme le lunatisme (ou bi-polarité) par exemple, dont les changements se font plutôt en dents de scie et peuvent se produire sur des périodes beaucoup plus longues.

 

  • Le type hyperactif :

HyperactivitéC’est la personne qui ne peut arrêter de bouger tout le temps. Bouger son corps, ses mains ou ses pieds sous la table, ou se lever de sa chaise par exemple. Mais aussi bouger dans sa vie et ses activités, courir à droite et à gauche toute la journée, ou démarrer 10 activités différentes par jour, les unes après les autres, sans les terminer la plupart du temps.

C’est le type le plus connu parce qu’on le remarque beaucoup plus à l’école ou en société étant donné son incapacité à rester en place.

 

  • Le type inattentif :

InattentionLa personne de type inattentif fait beaucoup moins parler d’elle. Elle ne court pas partout, elle peut être une rêveuse qui peut aussi parfois paraître apathique. On dit dans ce cas qu’elle est hypoactive. La même petite radio mentale s’active dans son cerveau, mais contrairement au type hyperactif, le type inattentif ne va pas forcément mettre en action toutes les pensées qui lui traverse l’esprit.

 

  • Le type impulsif :

Hulk impulsivitéLa personne de type impulsif a des difficultés à assimiler les règles sociales qui régulent le comportement des gens. Elle ne sait pas comment s’approprier sa place dans un groupe et la communication, l’interaction avec les autres, peut être difficile. Elle va donc exprimer les pensées qui lui viennent sans réfléchir, de façon intempestive, et peut aller jusqu’à l’impolitesse sans le vouloir et sans même s’en rendre compte la plupart du temps. Son tempérament explosif et hypersensible peut la pousser à prendre des risques, à faire des choix à la va-vite ou carrément à changer de vie sur un coup de tête. Ses comportements peuvent paraître étranges et instables car elle a du mal à canaliser ses émotions. Pour cette raison il est fréquent de confondre son état avec le la bi-polarité ou la cyclotymie (une forme moins intense de la bi-polarité).

 

  • Le type mixte :

Alors là vous prenez un peu des trois autres types (d’une manière complètement aléatoire selon la personne), vous mélangez et Paf ! Ça fait le type mixte ! ^_^

C’est très amusant quand on doit expliquer qu’on peut être hyperactif ou hypoactif selon les moments, complètement dans la lune ou en hyperfocalisation, d’un calme intersidéral devant une catastrophe ou complètement hors de soi devant une abeille écrasée…

 

J’ai donné ici les grandes lignes des différents types, mais il y a beaucoup d’autres symptômes, qui diffèrent selon les types. Il y a donc autant de TDA (sans l’hyperactivité) ou TDAH différents qu’il y a de personnes qui ont un TDA/H !

 

Le TDAH c'est quoiPour aller un peu plus loin sur ce thème, vous pouvez aller voir l’article Le TDA/H c’est quoi ? Vous trouverez aussi des informations sur les symptômes du TDAH sur cet article, et sur celui-ci.

 

 

Comment savoir si on a un TDA/H ou non ?

 

Quand je parle de TDA/H, d’hyperactivité, d’inattention ou d’impulsivité, la plupart des gens se sentent assez concernés par le problème et m’avouent qu’ils ont eux aussi quelques problèmes d’inattention, ou qu’ils sont hyperactifs (c’est à dire “hyper actifs” dans leur vie). Souvent, une de leurs premières questions est : comment savoir si on a un TDAH ou non ?

Effectivement, il faut bien faire attention quand on parle de TDA/H, car c’est un trouble qui réunit plusieurs conditions. Être une personne très active dans la vie ou être tête-en-l’air ne veut pas dire que l’on en est atteint… d’où cette question légitime !

 

Comment savoir si on un TDA/H ou non ?

 

Et bien pour faire simple, si vous êtes une personne très très inattentive, hyperactive, hyper-émotive ou impulsive (et souvent plusieurs à la fois), cela de manière assez extrême pour provoquer des dégâts et des handicaps dans votre vie, et que cela dure depuis votre enfance, il y a de fortes chances pour que vous ayez effectivement un TDA/H. Dans ce cas, une première chose que vous pouvez faire est de vous auto-évaluer. Il existe des tests sous forme de questionnaires que vous pouvez vous procurer sur internet et qui sont aussi donnés par les spécialistes lors des premiers entretiens :

 

  • le test DIVA 2.0 qui est pour moi le plus complet
  • le test ASRS v1.1 qui est plus concis pour un test rapide (mais je trouve l’autre beaucoup plus capable de nous donner de bonnes indications pour le diagnostic).

 

Ces premiers tests pourront vous donner une idée de l’ampleur du phénomène, ce qui vous indiquera si vous devez ou non aller plus loin dans votre démarche. Si c’est le cas, vous avez plusieurs possibilités selon l’importance des symptômes et selon votre personnalité.

 

Le TDAH c'est quoi Vous retrouverez l’article entier ici.

 

 

Quelles démarches faire si on pense avoir un TDA/H ?

 

Plusieurs types de professionnels sont conseillés pour un premier rendez-vous :

 

  • Le Neurologue :

Lors d’un entretien, il peut vous faire passer un premier test très rapide et faire un pré-diagnostic. Il vous aiguillera ensuite vers un psychiatre spécialisé ou un autre professionnel qui pourra faire un suivi pour une thérapie plus ou moins longue selon les spécialités. Il ne peut en général pas faire le diagnostic final, mais les temps d’attente pour obtenir un rendez-vous sont beaucoup moins long que pour un spécialiste, donc vous pourrez vous faire une première idée assez rapidement.

 

  • Les Psychiatres :

Il y a plusieurs types de psychiatres. Tous feront un diagnostic, mais la principale difficulté pour le patient est qu’ils n’ont pas du tout la même vision du fonctionnement de la psychologie humaine et ne tirent donc pas les mêmes conclusions pour un même patient avec les mêmes symptômes.

 

Le psychiatre comportementaliste spécialisé TCC (thérapie cognitive et comportementale) se base sur la neurologie, donc la structure du cerveau et de ses neurones, pour comprendre la psychologie d’un individu. Avec lui on a donc une thérapie courte (quelques semaines à quelques mois selon le patient) pendant laquelle on va mettre en place des méthodes et astuces concrètes pour résoudre les différents problèmes qui handicapent le patient.

 

Le psychanalyste se base sur l’histoire et l’inconscient du patient pour comprendre son comportement et sa façon de voir le monde. L’idée est que quand l’inconscient passe au conscient, le problème se résorbe automatiquement car les solutions viennent d’elles-mêmes. En général il ne reconnaît pas le TDA/H comme un trouble et pense que les différents symptômes peuvent être dus à d’autres troubles (comme l’anxiété généralisée par exemple). Il va donc faire une thérapie longue (qui peut aller jusqu’à une dizaine d’années) pendant laquelle on va décortiquer toutes les causes et conséquences de notre problème. Attention, il y a plusieurs écoles là aussi : jungienne, freudienne, lacanienne. Les deux dernières sont vraiment à proscrire pour un TDA/H.

 

Pour savoir à quel type de thérapeute vous avez affaire, il faut le lui demander lors de la première prise de contact.

 

Doc_et_son_brainscan

 

Les personnes avec un TDA/H seront en général plus adaptées à une thérapie de type TCC, qui est plus courte et plus concrète avec des méthodes de résolution de problème.

 

Attention cependant, il y a très peu de psychiatres qui se sont spécialisés ou même connaissent assez bien le TDA/H, même chez les comportementalistes. Donc pensez à bien vous renseigner sur les spécialités d’un thérapeute avant de prendre rendez-vous.

Pour cela vous pouvez notamment vous rendre sur le site de l’AFTCC, qui regroupe tous les thérapeutes affiliés formés aux thérapies cognitives et comportementales.

Plusieurs associations francophones ont des listes de médecins compétents dans le diagnostic et le suivi du TDA/H. L’association TDAH Partout pareil, par exemple, a créé des groupes de discussion sur Facebook par régions et peut informer sur les différents thérapeutes présents dans chaque département.

 

Le TDAH c'est quoiPour savoir de manière plus complète quelles démarches faire, voici l’article Comment agir efficacement du diagnostic au suivi du TDA/H : Partie 1 suivi de la Partie 2 où vous trouverez notamment comment avoir son premier rendez-vous plus facilement et quelques thérapies alternatives. Vous pouvez aussi aller voir cet article sur les thérapies les mieux adaptées au TDA/H. Je n’ai pas parlé de médication ici, car je ne suis pas une professionnelle de la santé ! 🙂 Mais si vous vous posez tout de même la question, j’ai posté ici un article sur les différentes informations que j’ai pu trouver et ce que j’ai pu en retirer.

 

Voilà, j’espère que cette première approche du TDA/H vous aidera à démêler un peu toutes les informations que l’on peut trouver sur internet ! Je complèterai cette page selon mes découvertes et au fur et à mesure, donc revenez voir de temps en temps. 😉 N’hésitez-pas à aller fouiller un peu partout sur le blog, il y a des catégories à droite de chaque page où vous pourrez trouver plus facilement les informations que vous cherchez. 😉 N’hésitez-pas non plus à vous abonner à la newsletter de ce blog pour recevoir tous les articles au moment où ils sortent dans votre boite mail (le désabonnement est très facile, il suffit de cliquer sur “Résilier l’abonnement” en bas de chaque lettre).

 

Prenez soin de vous mes hyper-lecteurs ! 🙂

 

 

Enregistrer

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •