rendez-vous et procrastination : coincé dans le temps

Quand prendre rendez-vous pour son TDAH met 6 mois de plus que prévu : procrastination et astuce

 

 

On entend souvent dire qu’avoir une consultation avec un psychiatre spécialisé en TDAH peut être très long. Les spécialistes de ce trouble sont en effet submergés par les demandes et il n’est pas rare d’attendre deux à six mois pour avoir un rendez-vous. Mais ce temps d’attente n’est pas la seule raison du temps final que l’on met à avoir un rendez-vous. Alors quelle peut bien être cette autre raison ? Je vous le donne en mille… c’est… la procrastination ! Et oui ! Parce qu’avant de décrocher son téléphone pour réussir à tirer son “rendez-vous du jeu”, il n’est pas rare que l’on attende nous même disons… quelques temps (Six mois ?! Ah bon…). 😉

 

 

Pourquoi cette procrastination est-elle si envahissante ?

 

Les tâches administratives, répétitives, ennuyeuses ou qui demandent de communiquer comme la recherche et la prise de contact pour un rendez-vous avec un thérapeute, peuvent être assez traumatisantes pour les personnes avec un profil atypique comme le TDAH. Bien plus que pour une personne neurotypique (c’est à dire avec un cerveau dans la norme). Ce genre de tâche s’accompagne souvent d’une douleur émotionnelle, qui peut aussi devenir physique. Dans certains cas, l’hyperactivité amène de l’anxiété qui amène en retour de l’hyperactivité, et les deux provoquent la procrastination. Et plus on attend, plus les émotions et le blocage s’amplifient !

 

Avez vous aussi cette difficulté ? Comment se traduit-elle pour vous ?

 

 

Une douloureuse expérience qui m’a beaucoup appris

 

J’en ai moi-même fait l’expérience. Je vous avais écrit un article qui vous décrivait toutes les astuces que j’avais trouvées pour réussir à décrocher un rendez-vous avec un spécialiste. Effectivement, j’avais mis à l’époque plus d’un an pour trouver mon premier psychiatre spécialisé en TCC (Thérapies Cognitivo-Comportementales) et TDAH. La rareté des bons thérapeutes spécialisés et leur manque de disponibilités avaient bien sûr joué, mais la perspective des longues journées de recherches, de rédaction de lettres et de coups de téléphone m’avaient énormément bloqué.

 

J’avais fini par trouver un psychiatre, mais il n’était pas spécialisé. J’étais arrivée au rendez-vous pleine d’espoir et avec une vingtaine de pages de notes et de mises en œuvre de stratégies que j’avais tentées toute seule pour essayer de m’en sortir. Assis dans son fauteuil à 5 mètres de moi, il avait refusé de regarder mes notes. Après que je lui ai expliqué la raison de ma venue et le diagnostic que j’avais reçu, sa réponse fut assez claire. Il ne croyait pas au TDAH. Il pensait que j’avais un trouble anxieux et si je tentais une thérapie avec lui, elle durerait une dizaine d’années pendant lesquelles on explorerait les différents points de mon passé qui m’avaient amené ici… Ah et aussi, il me faudrait me bouger et y mettre de la volonté pour réussir à changer et à aller mieux…

 

“QUOI ?! Je fais des recherches, je mets en place des stratégies toute seule et je réussis tant bien que mal à améliorer pas mal d’aspects de mon caractère et de ma vie, lui il ne daigne même pas jeter un œil à mon travail et il faut que je me bouge ?!”

 

J’étais venue pour trouver des solutions concrètes, pas pour refaire avec lui un travail que j’avais déjà passé plusieurs années à faire toute seule ! Des années de souffrance et d’échecs ressortaient d’un coup. Dépitée, blessée et hors de moi comme on peut l’être quand on est hypersensible et impulsif, je ne m’avouais pas vaincue ! Hors de question de vivre dans l’échec de ma vie, hors de question que mes peurs pour l’avenir deviennent réalité ! Dans un accès de rage et de peur, je décrochai mon téléphone, passai les quatre heures suivantes à appeler tous les thérapeutes que j’avais pu trouvé sur internet et écrivis tous les mails qu’il fallait. Mon futur thérapeute venait justement d’avoir un désistement. 🙂 C’est grâce à ce jour que j’ai pu avoir la chance d’apprendre à ses côtés. C’est donc aussi grâce à cet autre thérapeute, qui malgré sa maladresse avait finalement réussi à m’aider. 😉 Et c’est finalement une décharge d’adrénaline (et sûrement de tout un tas d’autres neurotransmetteurs) qui m’a permis d’aller jusqu’au bout de cette démarche. Et si vous êtes comme moi, vous savez que vous aussi vous avez bien souvent besoin de ça pour débuter un travail pénible ! Je me trompe ?

 

 

On a jamais fini d’apprendre

 

Un an plus tard, je déménage. Mon psychiatre me demande de ne pas rester sans thérapeute car j’ai encore besoin d’aide… Plus de six mois après, devinez quoi, je n’ai toujours pas de thérapeute ! Je me suis encore laissée emporter par mes activités quotidiennes et cette sacrée procrastination, mais cette fois, pas besoin d’une décharge. J’ai réussi à mettre en place des stratégies pour m’aider dans ce genre de démarches, et ça change tout !

 

attendre que ça se passe, procrastination

 

 

Mon astuce :

 

Comme quoi, le travail n’est jamais terminé. 🙂 Donc à tous ceux qui doivent prendre rendez-vous et procrastinent sur ce point, voilà mon challenge, à faire… MAINTENANT :

 

1. Répétez-vous plusieurs fois ces questions, pendant quelques minutes (adaptez la question à votre situation, mais toujours dans des termes positifs !) :

  • Qu’est-ce qui m’aiderait à me sentir mieux dans ma vie ?
  • Comment est-ce que je veux mener ma vie dans 1 an / 5 ans / 10 ans ?
  • Pourquoi est-ce que je dois / veux prendre rendez-vous maintenant pour / avec … ?
  • En quoi est-ce que ça va m’aider de prendre ces rendez-vous ?
  • Comment je peux trouver rapidement un bon thérapeute ?
  • Qu’est-ce qui peut m’aider à démarrer ce travail ?

 

2. Passez à l’action :

  • Ouvrez les pages internet des différents thérapeutes, services hospitaliers ou autres professionnels que vous connaissez
  • Si vous n’en connaissez pas, allez sur ces trois sites là qui vous aideront à trouver :
  • Trouvez les numéros de téléphones
  • Prenez votre téléphone et appelez !

Si on vous a demandé de rédiger une lettre :

  • Ouvrez votre logiciel de rédaction ou prenez une feuille (selon ce qu’on vous a demandé)
  • Faites une liste des différents points à aborder
  • Et commencez à écrire, même si vous n’avez pas encore d’idées ça va venir 😉
  • Dès que vous avez fini (et sans attendre !) imprimez votre courrier si on vous a demandé un envoi postal
  • Prenez une enveloppe, trouvez l’adresse et écrivez-la
  • Placez votre courrier dedans et hop, direction la boîte aux lettres !

 

Faites-le maintenant, n’attendez pas, vous serez tellement soulagés ensuite et vous aurez un sentiment d’accomplissement tellement agréable ! 🙂

 

Courage !

 

Cette astuce vous a-t-elle été utile ? Avez vous réussi à passer à l’action ? Faites-moi vos retours en commentaires (tout en bas de cette page) pour que je puisse savoir ce qui a aidé ou non, ça sera très utile. 🙂 Et n’hésitez pas à revenir sur cette page si elle vous a aidé mais que le travail n’est pas fini, cela vous redonnera un petit boost ! 😉

 

À très bientôt chers hyper lecteurs, prenez soin de vous.

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire sur “Quand prendre rendez-vous pour son TDAH met 6 mois de plus que prévu : procrastination et astuce”

  1. Est-ce que vous aussi avez quelques difficultés à passer à l’action lorsqu’il s’agit de paperasse ou de contacter des organismes, prendre des rendez-vous, etc.? Qu’est-ce qui vous bloque ? Avez-vous trouvé des astuces pour vous y mettre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.