La prise en charge TDAH la plus efficace

[ITW Alexanian] TDA/H : La prise en charge la plus efficace

Bonjour cher hyper-lecteur !

Quelle est la prise en charge la plus efficace pour un TDA/H ?
Quelle est la place de la psychoéducation, du coaching et des TCC aujourd’hui ?

J’ai eu le plaisir de faire une longue interview avec le docteur Jean-Baptiste Alexanian, un psychiatre assez connu dans la problématique du TDA/H qui anime une chaîne Youtube sur le sujet (entre autres) via l’association Fou de Normandie. Je vous recommande vivement d’aller visiter sa chaîne qui est une mine d’or informations (et de vous y abonner !). La tournure humoristique des propos du Dr Alexanian sont en plus assez poilants, donc je vous promets que vous ne vous ennuierez pas ! 😉 Le Dr Jean-Baptiste Alexanian a aussi une page Facebook, que vous trouverez ici !

Pour vous faciliter la vie, j’ai décidé de découper cette interview en plusieurs petites vidéos, plus un podcast de l’interview complète !

Aujourd’hui dans la première vidéo, nous aborderons le sujet des différentes prises en charge du TDA/H chez l’enfant et l’adulte et de leurs limites.

Bon(ne) lecture/visionnage !

Anne Juguet TDAH
Anne Juguet :

Dans vos vidéos, vous parlez de temps en temps de la psychoéducation comme étant une des prises en charges les plus efficaces dans le cadre du TDA/H. Quelle est la place aujourd’hui de la psychoéducation ?

Jean-Baptiste Alexanian :

Alors la place de la psychoéducation…

Si on prend les recommandations, effectivement ça dépend un peu des différents pays, c’est-à-dire que la France a des recommandations un petit peu particulières par rapport au reste du monde concernant le TDA/H et de l’enfant, et de l’adulte j’en parle même pas… alors là vraiment on est complètement à la masse.

Vous le savez vous qui suivez un peu la chaîne, j’ai fait des vidéos de grands professeurs de psychiatrie un peu partout dans le monde : en Angleterre, avec Samuele Cortese, en suisse, avec Barcley, etc.. On est vraiment complètement à part, mais de manière générale la psychoéducation c’est le premier levier, l’élément le plus important dans la prise en charge du TDA/H.

Alors pourquoi ?

C’est parce que c’est vrai pour tous, pour tout le monde à vrai dire, c’est vrai pour toutes les pathologies, pour tous les troubles.

La psychoéducation : faire en sorte que le patient ai le plus haut niveau possible de connaissance de lui même, de ses troubles, du diagnostic, du traitement, de comment ça marche, vraiment que le patient soit expert, un patient expert dans le domaine qui le concerne, c’est important pour tout le monde.

Mais je dirais encore plus dans le TDA/H, parce que le TDA/H c’est un trouble qui est circonstanciel. Et ça, c’est vraiment fondamental à comprendre.

On a plein de gens qui disent :

“Ah bah oui bah il est calme dans mon bureau, donc il n’a pas de TDA/H.”

Mais ça n’a rien à voir, c’est un autre sujet. Je ne sais même pas comment on a pu, comment des gens peuvent penser ça. Ça n’a rien à voir.

Le TDA/H c’est un trouble circonstanciel et donc il dépend évidemment en grande partie, dans son caractère pathologique, de l’environnement. C’est- à-dire qu’il a des fondements biologique, c’est évident. Le TDA/H c’est essentiellement génétique et essentiellement héréditaire comme mécanisme de fonctionnement, mais la souffrance générée, enfin la souffrance qui existe chez les personnes qui souffrent d’un TDA/H, elle naît essentiellement de la rencontre de cette biologie avec un environnement donné.

Et dans un environnement complètement différent, je ne vais pas dire d’une minute à l’autre mais presque, quasiment d’une minute à l’autre, et bien ce fonctionnement peut devenir tout à fait positif, tout à fait agréable, voir même un avantage dans certaines circonstances.

Et donc pour ce type de trouble, la psychoéducation c’est encore plus important. Quand vous faites de la psychoéducation sur la dépression, bon c’est important, ça va être une période de la vie de quelqu’un, c’est un truc qui est relativement constant dans sa symptomatologie, ok oui c’est très important, c’est fondamental. Et moi je le fais sur ma chaîne Youtube, je parle énormément de dépression et énormément de troubles anxieux parce que ce sont les troubles les plus fréquents.

Mais pour le TDA/H, qui est un fonctionnement biologique que la personne aura toute sa vie, l’informer de comment il fonctionne c’est l’essentiel de la prise en charge.

Évidemment, c’est rarement suffisant, personne ne dit que c’est suffisant. D’ailleurs dans les recommandations on ne dit pas psychoéducation seule, c’est pas ça qu’on dit, surtout chez l’adulte. Les recommandations chez l’adulte c’est en première intention le traitement médicamenteux, notamment par méthylphénidate. C’est les recommandations partout dans le monde sauf en France.

Et effectivement, la psychoéducation pour un trouble aussi chronique et aussi circonstanciel, c’est encore plus important que pour tous les autres troubles.

Anne Juguet TDAH
Anne Juguet :

Et alors dans la psychoéducation, j’ai entendu (vous allez me dire si c’est ça) qu’il fallait absolument apprendre aux gens à réagir en situation du coup, puisque c’est un trouble circonstanciel. Par exemple : organiser ses prochaines vacances, ce genre de choses… et que ça ne… comment dire… il faut apprendre aux gens à réagir dans une situation donnée et pas dans une espèce de théorie où on ne sait pas trop ce que ça va donner après…

Jean-Baptiste Alexanian :

Apprendre aux gens, on n’est plus dans la psychoéducation. Apprendre aux gens à faire ceci dans une situation n’est plus vraiment la psychoéducation, là on est vraiment dans la “thérapie”, entre guillemets.

Et c’est sûr que dans le TDA/H, les Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC) (parce que c’est un petit peu de ça que vous parlez), c’est-à-dire concrètement gérer les choses très quotidiennes, etc., c’est sûr que c’est pas le plus haut niveau de preuve possible, parce qu’effectivement je dirais que pour une TCC dans le TDA/H il faut vraiment connaître très très bien le TDA/H pour adapter les outils de la TCC ou même aménager… enfin aller piocher dans différents autres outillages possible, pour que ça puisse vraiment être utile. C’est sûr.

Donc vous avez raison sur la notion de : “le théorique, c’est mignon c’est gentil, mais en aucun cas je ne dirais que c’est suffisant”. Effectivement il faut que les choses soient très très pratico-pratique.

Le problème c’est qu’il est assez délicat de démontrer concrètement que même ce qui va être fait en situation, en situation concrète, va vraiment perdurer dans le temps.

Moi je pense que c’est toujours mieux malgré tout de le faire, il vaut effectivement mieux si on fait une psychoéducation qu’elle soit très pratique et très réelle… vraiment pour des choses très concrètes de la vie, que la personne fait pour de vrai au moment où elle le fait pour de vrai, je suis bien d’accord avec vous sur cette notion là.

Anne Juguet TDAH
Anne Juguet :

D’accord, du coup je voulais vous demander s’il y a un lien entre les pratiques des psychiatres spécialisés en TCC et celles des coachs spécialisés ? Il y a des différences et des ressemblances évidemment, mais quelle est la légitimité d’un coach spécialisé dans l’aide pour le TDA/H ?

Jean-Baptiste Alexanian :

Ouais alors là honnêtement vous me demandez un truc que je ne connais pas du tout. Vraiment je vais être très incompétent dans le domaine. Moi je ne connais pas du tout le milieu des coachs par rapport au TDA/H.

J’ai tendance à dire, et c’est tout l’objet de la chaîne Youtube, que tout le monde peut apprendre sur tout, d’accord ? C’est-à-dire que un diplôme n’est pas une garantie de compétence ou d’incompétence même si évidemment un diplôme ça marque une tendance, mais c’est pas une garantie de compétence. D’accord ?

Il est évident que c’est plus facile de faire confiance en quelqu’un qui a un diplôme et qui est spécialisé dans le domaine, que uniquement en quelqu’un qui dit qu’il est spécialisé dans le domaine et qui n’a pas de diplôme. Je suis d’accord.

Cependant, moi je connais plein de patients qui sont au moins aussi bons dans la connaissance théorique du TDA/H que plein d’autres gens qui ont des diplômes.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Je vous repartage ici la chaîne Youtube et la page Facebook du Dr Jean-Baptiste Alexanian, n’hésitez pas à vous y abonner pour connaître toutes les dernières avancées scientifiques sur le sujet ! 🙂

Prenez soin de vous, et à très bientôt.

Anne Juguet, Le TDAH au quotidien

Anne Juguet TDAH
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    14
    Partages
  • 14
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *