enfants dans une salle de classe

Stratégies d’apprentissage : point de vue et astuces d’un prof avec TDA/H !

 

Aujourd’hui, je vous présente l’article de Marvin Vega, professeur en lycée professionnel et instructeur d’arts martiaux, qui va nous parler de son métier et des stratégies d’apprentissage qu’il a mis en place avec ses élèves pour apprendre mieux et plus facilement malgré les particularités de chacun.

Ayant une forte suspicion de TDA/H, il a acquis au cours de ses années de vie et d’expérience professionnelle un panel de connaissances et d’astuces efficaces qui aideront à coup sûr les élèves en difficultés, et les professeurs en demande d’informations à ce sujet.

En complément, vous pouvez retrouver un ebook gratuit sur le TDA/H pour améliorer votre concentration et mieux gérer votre temps avec votre TDA/H, en cliquant sur ce lien. N’hésitez pas non plus à aller fouiller dans les différentes catégories du site pour trouver d’autres stratégies et informations sur le TDA/H, et à poser des questions dans les commentaires.

Bonne lecture ! 🙂

 


 

Salut les hypers,

Femme qui dort
Je ressemblais un peu à ça sur ma table de cours.

On se rappelle tous d’un jour où l’on s’est retrouvé debout sur la table de cours, ou en train de réfléchir à des choses qui n’étaient pas trop en lien avec le cours… Pour ma part je me rappelle d’un cours de français avec un professeur passionnant. Mais le problème c’est qu’il nous faisait parfois bien trop rêver. Il a interrompu ma rêverie au bout d’un moment, car je n’avais pas commencé l’exercice que mes camarades avaient terminé.

Aujourd’hui je vais vous parler de stratégies d’apprentissage pour aider un maximum de personnes TDA/H, notamment les enfants. Mais je suis certain que des adultes trouveront également des idées adaptées. Ces conseils sont autant pour les élèves, que les parents, et mêmes les enseignants.

 

Ah oui, vous l’aurez sûrement remarqué au style d’écriture ce n’est pas Anne qui écrit, mais Marvin. Je collabore avec elle sur un autre blog, consacré à la préparation physique et mentale pour les Arts Martiaux.

 

Cours d'arts martiaux enfant

 

Si vous êtes curieux, je pense que ce qui vous apportera le plus de bénéfices sera sans nul doute de télécharger notre eBook gratuit sur les assouplissements (cela vous aidera notamment à mieux méditer !). On reçoit régulièrement des remerciements de personnes qui ont réduit les douleurs qu’ils avaient ou d’autres personnes qui dorment bien mieux après nous avoir lu. En tant que personne ayant un TDA/H, les exercices de souplesses sont un excellent moyen de retrouver votre calme et votre focalisation, car vous serez obligés de vous concentrer sur vos mouvements plutôt que sur ce qui vous entoure.

 

Bon maintenant, vous vous demandez sûrement pourquoi c’est moi qui vous parle ? Déjà parce que j’aime bien ça (rappelez-vous je l’avais déjà fait ici : Améliorer sa concentration grâce au arts martiaux et sports de combat.) Mais ce n’est pas tout. Je suis également enseignant en lycée professionnel et sensei (enseignant d’Arts Martiaux). Et je suis tout particulièrement attentif à mes élèves TDA/H, vu qu’il y a de très fortes chances que j’aie moi-même la chance d’en être un. Je vais donc parler du côté de l’enseignant, mais aussi de l’apprenant !

 

Je n’ai trouvé que peu d’études parlant des stratégies d’apprentissage pour le TDA/H. Par contre, j’ai des élèves très patients (comme Anne) avec lesquels j’ai expérimenté différentes choses. Je vais ici vous livrer les astuces qui ont le mieux fonctionné, et vous expliquer leur mise en place.

 

Mais avant toute chose je vais vous raconter une petite histoire.

 

J’ai eu pour élève un enfant d’environ 13 ans, qui est TDA/H. Il avait de mauvais résultats à cause d’un manque de concentration et parfois de motivation (je suis certain que vous voyez de quoi je veux parler). Après deux ans de cours avec moi, il fait partie de la tête de classe. Je suis sûr qu’il lit cet article, ou au moins ses parents, avec lesquels Anne et moi avons travaillé main dans la main pour arriver à ce résultat.

Donc, non le TDA/H n’est pas un handicap, cela peut même être un atout.

 

N’hésitez pas à partager cet article si vous pensez qu’il peut aider quelqu’un que vous connaissez. Si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser en commentaires. N’oubliez pas que l’entraide est la clé du succès.

 

 

Encadrer un enfant TDA/H, des stratégies d’apprentissage ultimes ?

 

Règles et routines, des stratégies nécessaires

 

La routine, c’est le fait de créer un processus que l’on va mettre en place lorsqu’un schéma précis se produit. Par exemple, quand je me lève j’ai une routine habituelle. Je mets l’eau à chauffer pour le thé, je bois un verre d’eau, j’ouvre les volets.

En préparation mentale, on apprend que la routine est un excellent moyen de lutter contre la dépréciation de soi et le manque de concentration. Je pense que la routine fait partie des stratégies les plus efficaces, surtout pour un TDA/H.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un apprenant, quel qu’il soit, a besoin de règles, de savoir exactement ce qui est attendu de lui. Et un enfant TDA/H ne déroge pas à cette règle.

 

Feu tricoloreJ’aime beaucoup l’idée du feu orange. Lorsque vous conduisez, le feu est vert vous passez, le feu est rouge vous vous arrêtez. Le danger est lorsque le feu est orange. En pédagogie, il ne doit pas avoir de feu orange. Il doit y avoir des règles strictes, un cadre que l’on doit identifier clairement.

 

Chèvre qui broute dans un cadre

Les routines fournissent un cadre régulier et rassurant. Par exemple, j’ai eu pour élève un jeune TDA/H qui ne pouvait pas s’empêcher de dire des bêtises pour se rendre intéressant. Cela lui valait de gros problèmes sur le bulletin. Je lui ai demandé d’essayer ceci : avant de dire quelque chose, il doit tourner physiquement la langue dans sa bouche 7 fois. Si ce qu’il a à dire lui paraît toujours intéressant il peut le dire. Miracle, sous bulletin suivant lui offrait les félicitations du conseil de classe.

 

En tant que TDA/H, les routines m’évitent de tomber dans la procrastination. Et si vous avez lu les articles de Anne sur ce sujet, vous savez que la procrastination est un vrai fléau ! Lorsque je commence à faire des choses comme jouer aux jeux vidéo pendant un long moment, j’ai créé une routine que je lance dès que j’ai l’impression de procrastiner.

La voici :

  1. Je me demande si cela m’aide à avancer dans mes projets.
  2. Je me demande si j’ai besoin de souffler.
  3. Si c’est le cas, je prends 5 minutes pour aller respirer et jouer avec mon chien.
  4. Si en rentrant je veux toujours procrastiner alors je le fais sans regret.

 

J’ai réduit de 80% mon temps de procrastination grâce à cette routine. Autant vous dire que cela fait partie de mes stratégies d’apprentissage préférées !

À vous de permettre à votre enfant ou élève de mettre cette stratégie en place, et je vous explique pourquoi les Arts Martiaux sont un atout un peu plus bas.  

 

Respecter les besoins spécifiques à un TDA/H

 

Souvent, on pense que les règles doivent être identiques pour tous. Par exemple, au dojo, tout le monde doit être assis en seiza (sur les genoux) en même temps. Mais si j’ai une personne qui est blessée à son genou, je ne vais pas l’exclure car elle ne peut pas prendre cette position. Pourquoi exclure une personne qui ne peut pas se concentrer sur un temps donné ?

 

Un TDA/H peut avoir des besoins différents d’un enfant qui n’a pas cet atout. Il peut avoir besoin de bouger plus régulièrement par exemple.

La meilleure des stratégies d’apprentissage est avant tout la communication. S’il n’y a pas de communication on ne peut pas avancer. Comment savoir ce qui fonctionne si l’on n’a aucun retour ? Il est facile de penser que l’enseignant ne fait rien pour nous, alors qu’il essaie peut-être trop maladroitement.

 

Personne qui parle dans une boîte

 

J’en parle dans l’article Les Arts Martiaux m’ont permis d’être heureux au quotidien, ma pratique martiale m’a permis de donner ma confiance aux élèves. J’ai ainsi pu créer des échanges et m’adapter aux besoins spécifiques de certains.

 

Enfant déguisé qui s'amuseJe tiens à rappeler que chaque TDA/H se manifeste de façon unique. Ce qui est valable pour un enfant ne le sera pas forcément pour l’autre. Il est d’ailleurs nécessaire de l’expliquer au groupe classe. Non pas comme une anomalie, mais comme un fait avéré :

“c’est comme ça, car il en a besoin et c’est non négociable.”

Par exemple, un de mes élèves n’arrive pas à rester concentré sur ses techniques. Pas de problèmes, il va faire 4 tours de dojo. Au contraire, il a du mal à se focaliser et il est dans la lune ? Je vais le faire travailler sur des mouvements simples et répétitifs, pour qu’il soit dans un état quasi méditatif.

Les stratégies d’apprentissage doivent adapter l’enseignement à l’élève, et non l’inverse.

 

De la justice

 

Très peu de personnes supportent une situation d’injustice sans se sentir blessées, trahies, ou démotivées. Il faut toujours veiller à être juste, et il existe un double risque lorsqu’on enseigne à un élève TDA/H.

 

Statue de la justice

 

Le premier est d’être plus gentil avec lui, car il a un déficit. Cela risque de se remarquer et de lui valoir de l’amertume de la part de ses camarades.

Cela peut également être mal perçu par l’apprenant lui-même. Au Japon, on pourrait aussi voir cela comme un affront direct, car on ne le pense pas capable de faire la même chose que les autres.

 

Le second est de ne pas prendre en compte la gêne posée par sa spécificité.

Là, je sens que vous vous dites que je suis un peu fou. Je vous dis qu’il faut le traiter comme les autres, tout en prenant en compte sa spécificité. La solution est assez simple, il suffit de prendre en compte les spécificités de chaque personne.

Dans mes cours d’Arts Martiaux, comme dans ceux du lycée, je ne note pas chaque personne de la même façon comme on pourrait le faire un jour d’examen. J’évalue les élèves selon leurs progrès.

 

Par exemple, j’ai un enfant du cours de ju-jutsu qui a un trouble Asperger, il a un problème pour mémoriser son kata (exercice qui consiste à enchaîner des mouvements seul ou à deux dans un ordre précis). Je lui ai annoncé, et chacun de ses camarades le sait, il ne sera pas noté de la même façon sur la mémorisation. Par contre, il est bien meilleur que ses camarades sur les coups de pieds. Il devra donc faire mieux que ces camarades sur ce point.

 

Ce qui compte dans l’apprentissage c’est d’avancer, peu importe de la distance à laquelle on avance. En valorisant les progrès de chacun, on provoque un effet Pygmalion, l’incitant à faire plus de progrès. Cependant, il ne faut pas oublier de pointer les défauts pour que chacun puisse progresser.

Cette astuce est vraie pour des élèves mais aussi pour des frères et sœurs. Ne cherchez pas à les comparer entre eux, mais plutôt à noter leurs évolutions.

 

 

Stratégies d’apprentissage pour utiliser le moteur à énergie perpétuelle

 

Lorsque je me balade sur les groupes Facebook dédiés aux TDA/H, je me rends compte que beaucoup ont énormément d’énergie à revendre. Seulement, ils n’arrivent pas à mobiliser ce magnifique réservoir d’énergie pour améliorer leurs résultats individuels.

Je vais donc vous donner quelques astuces pour réussir à faire de vos enfants ou élèves des apprenants curieux et motivés.

 

Éveiller la curiosité d’un TDA/H, la meilleure stratégie d’apprentissage possible

 

Je pense qu’on est tous curieux. À plus ou moins grande échelle, mais la curiosité est ce qui nous fait avancer en tant qu’humain.

Je suis également persuadé qu’éveiller la curiosité d’un TDA/H fait partie des stratégies d’apprentissage les plus redoutables !

 

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on ne sait pas quand ni même si cette curiosité s’arrêtera un jour. On risque d’être assailli de questions qui peuvent aller très loin.

 

Enfant qui joue avec des bulles

 

Je me rappelle d’un cours que j’avais fait sur Léonard De Vinci, dans lequel j’avais parlé du nombre d’or. Je suis loin d’être expert à la matière, j’avais expliqué les grandes idées de ce concept. La semaine suivante, un élève qui avait eu sa curiosité piquée au vif me demande s’il peut m’expliquer ce qu’il avait trouvé sur le nombre d’or. Il m’a fait un exposé d’un quart d’heure qui dépassait largement mes connaissances. Et la semaine qui suit, il recommence avec de nouvelles informations. J’ai été étonné et ravi qu’il soit aussi motivé. J’ai compris que si j’éveillais sa curiosité sur des éléments du programme scolaire, il allait viser l’excellence.

 

Ce que je dis ici est vrai pour tous les élèves, mais une personne avec TDA/H a encore plus besoin de cette curiosité pour garder sa motivation. Et surtout, elle sera beaucoup plus concentrée si elle est curieuse sur un point particulier.

 

Pour (r)éveiller la curiosité il existe des stratégies. La première est de ne pas tout dire mais en expliquant que c’est dommage parce que c’est passionnant. La seconde, c’est d’être soi-même passionné. La troisième est de faire un lien concret avec le quotidien.

Je m’explique sur le dernier point, qui est celui sur lequel tout le monde peut agir. Que vous soyez enseignant, parent ou apprenant. Si vous arrivez à comprendre que grâce à l’étude de tel concept vous allez acquérir une compétence particulière alors vous allez être motivé à travailler sur ce point. Cela fait partie des stratégies d’apprentissage que j’utilise souvent.

 

Par exemple, les enfants répugnent souvent à répéter certains mouvements d’Arts Martiaux, ils trouvent cela long et fastidieux. Essayez de leur expliquer que grâce à cet entraînement ils vont devenir beaucoup plus rapides et qu’ils pourront faire tomber quelqu’un de plus grand qu’eux. En mettant une phrase interrogative du type “Tu ne veux pas savoir ce que ça fait de faire un mouvement aussi rapide que l’éclair ?”. Ils vont alors comprendre le lien et être motivés. La curiosité permet de donner de la motivation.

 

Valoriser en responsabilisant

 

Responsabiliser, consiste à donner une responsabilité. Plus cette responsabilité est importante, plus la personne se sent valorisée.

 

Un personne qui en aide une autre à monter une pente

 

Pour un TDA/H il est important de se sentir reconnu. Souvent, sa différence lui vaut un manque de compréhension et parfois de l’aversion. En responsabilisant une personne, on montre que l’on a confiance en elle. Si l’on veut obtenir la confiance de quelqu’un, il faut commencer par offrir la sienne.

De cette façon, vous pourrez créer un lien fort avec l’élève et obtenir un meilleur investissement émotionnel de sa part.

 

Comme beaucoup de stratégies d’apprentissage, elle est à manipuler avec précaution. Il ne faudrait pas valoriser un élève qui serait trop dominateur, en lui donnant une place ascendante sur les autres. Il ne faudrait pas non plus stigmatiser un élève en le responsabilisant toujours lui plutôt qu’un autre.

 

Faire de la différence un atout

 

Je sais que cela peut paraître étrange pour certain, qui voient le TDA/H comme une contrainte. Mais c’est un énorme avantage.

Par exemple, une personne sans TDA/H est moins capable de comprendre ce qui l’intéresse ou pas. Nous l’avons vu, un TDA/H sans motivation ou curiosité sur un sujet aura du mal à s’y accrocher. De cette façon vous allez pouvoir choisir ce qui vous plaît vraiment.

 

Un oeuf qui brille seul
Parfois la différence est une source de bonheur pour tous

 

Le TDA/H a un atout formidable, il a besoin de bouger, que cela soit physiquement ou psychologiquement. Une de mes stratégies d’apprentissage favorites c’est de lier la mémorisation au mouvement. J’ai besoin de me rappeler d’une date précise ? J’ai associé cette date à un mouvement.

Pour mon cas précis, les mouvements d’orteils et de la cheville droite sont associés à des dates de la Révolution française, car le pied est à la base du corps et la Révolution le début d’une nouvelle ère. Cela peut paraître étrange, mais c’est une sorte de palais de la mémoire en mouvement.

 

En tant qu’enseignant, lorsque je commence à perdre l’attention de mes élèves TDA/H, je sais que j’en ai trop dit, ou trop vite. Je vais donc ralentir un peu le débit ou offrir aux élèves un temps léger pour souffler. Ces élèves me servent de baromètre de l’attention.

Bien sûr, on ne peut pas toujours faire du TDA/H un atout, mais il existe de nombreuses façons de l’utiliser et je compte sur vous pour nous faire part de vos propres stratégies en commentaire !

 

Expliquer la tâche finale

 

Cela peut paraître évident, mais parfois on ne le fait pas. On donne pour simple explication “On va travailler ce point parce que je l’ai décidé”. Cela est très peu motivant, que cela soit pour un enfant avec ou sans un TDA/H.

 

Archer qui vise

 

Par contre si l’on explique le but de nos activités à chaque fois, on crée du sens et donc de la motivation. Par exemple, lorsque je fais travailler un mouvement de coup de pied, j’explique toujours ce sur quoi mes élèves doivent porter leur attention (équilibre, vitesse, etc.). Après j’explique que l’on va retrouver ces notions et ces capacités dans d’autres mouvements.

 

De la même façon dans mon cours d’histoire je vais créer du lien. Si j’explique les découvertes des explorateurs durant le XVI siècle, je vais également leur dire que l’on va comprendre certains points qui expliquent le monde dans lequel on vit aujourd’hui. Par exemple, pourquoi est-ce qu’une grande partie de l’Amérique latine parle espagnol ou portugais.

Ceci, tout le monde peut le faire. Que l’on soit enseignant, parent ou apprenant. On peut chercher à donner du sens à ce que l’on fait. C’est un des éléments principaux de notre motivation. Dans la préparation mentale, on dit que l’on renforce notre sentiment d’engagement.

 

 

Adaptation et bienveillance

 

Ne pas confondre bienveillance et trop de gentillesse

 

Il faut toujours enseigner en respectant notre propre personnalité. Mais il est indispensable d’être bienveillant dans notre enseignement.

Dessin d'un homme qui arrose une plantePour cela il ne faut surtout pas perdre shoshin, l’esprit du débutant, de vue. On voit malheureusement trop souvent des enseignants d’Arts Martiaux qui enseignent pour montrer ce qu’ils savent faire plutôt que pour aider les apprenants. Si vous voulez des conseils pour rester shoshin et apprendre à prendre du recul par rapport à vos réussites pour continuer à enseigner et étudier correctement, c’est par ici que ça se passe.

Par contre il faut prêter une attention particulière à ne pas mélanger bienveillance et gentillesse. Être bienveillant consiste parfois à être sévère. Par exemple, vous interdisez à votre fille de regarder la télévision pour lui donner du temps pour réviser. Ce n’est pas un plaisir pour vous, et vous n’êtes pas gentil avec elle, par contre vous êtes bienveillant, vous faites de votre mieux pour l’aider dans sa progression.

 

Repérer, passer de la stratégie d’apprentissage à la tactique

 

Écureuil qui surveille

J’en ai déjà parlé un peu, mais il est très important de repérer ce qui se passe face à nous. Si on reste bloqué sur les stratégies d’apprentissage sans chercher à les adapter à chaque instant, on court à notre perte.

Il faut toujours vérifier qu’à ce moment précis, les stratégies d’apprentissage sont en train de fonctionner.

Par exemple, j’ai mis un élève TDA/H au tableau, et habituellement cela marche super bien avec lui. Mais aujourd’hui il est grognons et ne veut pas écrire. Je dois piocher dans mes stratégies d’apprentissage, soit pour le motiver, soit pour lui donner un temps de respiration.

 

Cette astuce est bien entendu valable pour tous. Mais elle l’est encore plus avec les apprenants TDA/H car selon leur niveau de concentration il se peut qu’une stratégie soit hyperproductive ou totalement contreproductive.

Anne parle un peu plus de l’attention et de ses particularités dans le TDA/H dans cet article. C’est très intéressant pour mieux comprendre son fonctionnement, apprendre à gérer ses stratégies d’apprentissage et adapter la bonne solution au bon moment. Que l’on soit enseignant ou élève, il faut être attentif à ces pertes de concentration.

 

Appuyez sur les règles importantes

 

On a vu plus haut que les règles étaient quelque chose de nécessaire pour tout apprenant. Seulement, si un élève TDA/H est parti dans le domaine de ses rêves lorsque vous les avez énoncées, il risque d’être perdu. Cela peut même le démobiliser totalement.

Pour cela il faut répéter sans cesse les règles, mais il existe d’autres solutions qui fonctionnent plutôt bien.

 

Tableau noir avec "know the rules"

 

Dès le début de l’apprentissage, bien énoncer clairement les grandes règles. Par exemple, lorsque je monte sur le tatami je salue. Je reste assis lorsque le professeur montre une technique. Ces règles sont valables tout le temps, à chaque leçon. En début d’année je donne ces règles de façon écrite, en demandant aux élèves de signer un contrat disant qu’il va respecter ses règles. Ce signe d’engagement le motive encore plus.

 

Et pour les règles particulières, je les souligne, je peux les faire répéter. Je peux aussi faire un exemple. J’aime particulièrement interpeller une personne, pas forcément la personne qui a un TDA/H (pour éviter de le stigmatiser), car dans la plupart du temps cela tire les élèves de leur rêverie.

Si je suis en salle de classe, j’écris ces règles au tableau dans un coin précis où je n’écris que cela. De cette façon un élève peut s’y raccrocher à chaque instant.

 

Accepter qu’il n’avance pas au même rythme

 

Un enfant TDA/H peut avoir un rythme d’apprentissage totalement décalé de celui de ses camarades.

Souvent on gère bien mieux un élève en difficulté plutôt qu’en grande facilité. J’ai eu dans ma classe un élève qui me disait s’ennuyer parce que ce qu’on faisait été trop simple pour lui. C’est un cas assez complexe.

Dans le cas d’une activité physique c’est parfois un leurre, et il est facile de montrer cette erreur. Mais, si en tant qu’enseignant je remarque un décalage entre un élève TDA/H et le reste de la classe j’ai mis en place plusieurs stratégies d’apprentissage. Je vous présente celles qui me semblent les plus faciles à mettre en place.

 

Deux enfants qui s'entraident

 

La coopération : je demande à l’élève en avance ou difficulté, selon le cas, d’aider ou de se faire aider par un camarade. Cette solution crée de la cohésion et permet de bien s’insérer dans un groupe.

 

L’exposant : je demande à l’élève d’exposer ses problèmes à tous ses camarades pour que l’on puisse les résoudre ensemble. Si l’élève est en avance, au contraire je lui demande d’expliquer à tous ses camarades la solution (attention ce n’est valable que si les camarades ont eu un temps nécessaire pour travailler également sur le problème).

 

L’exercice différencié : Je donne un exercice spécifique, soit pour qu’il acquière les compétences suffisantes pour rejoindre le niveau du groupe, soit pour qu’il approfondisse ses connaissances.

 

En tant que parent, il suffit que vous jouiez le groupe classe :

“Wow, tu es très fort en histoire, tu me ferais pas un petit exposé pour m’expliquer tout ça ? Parce que moi j’ai tout oublié.”

Ou encore :

“La maîtresse m’a dit que tu avais du mal avec les multiplications, ça te dit que je te montre mes super astuces ?”

 

 

Mettre ces stratégies d’apprentissage en action

 

Comme je l’explique dans l’article Mes conseils pour un enfant pratiquant un sport de combat, il existe de nombreux moyens, de nombreuses stratégies d’apprentissage que l’on peut mettre en place à la maison. Dans cet article on voit d’ailleurs surtout le côté psychologique, comment permettre à votre enfant de se sentir plus serein au quotidien.

On va voir ici comment aider une personne TDA/H plus spécifiquement, notamment pendant l’apprentissage.

 

Les Arts Martiaux et les temps de la concentration

 

Les Arts Martiaux nous apprennent trois choses par rapport à l’attention.

 

Enfant qui joue à un jeu de construction

 

Dans un premier temps, ils nous apprennent à nous concentrer, à rentrer dans ce que j’appelle le “mode concentration”. Dans ce mode je suis attentif à ce qui se passe autour de moi. C’est une chose que l’on retrouve chez de nombreux pratiquants. On verra à propos du prochain point comment on fait pour entrer dans ce mode très utile.

 

Je me rappelle d’un stage de kendo que j’ai pu voir en passant devant un gymnase. Le sensei (professeur) en charge de ce stage, qui était un haut gradé 8ème dan si ma mémoire est bonne, expliquait cette notion d’attention. Il disait que si les experts réagissent plus vite, ce n’est pas grâce à un don divin ni une énergie cosmique, mais seulement parce qu’ils sont plus habitués à capter un infime mouvement. Que leurs yeux se concentrent sur des détails que les autres ne voient pas, ce qui leur permet de prendre les décisions plus rapidement.

Les Arts Martiaux entretiennent un rapport étroit avec la mort (travail avec des armes blanches par exemple). Ce qui explique que l’on ait besoin d’être concentré.

 

Dessin d'un lion assoméLa deuxième leçon des Arts Martiaux par rapport à la concentration, c’est de réussir à rester concentré. Si, lorsque vous avez esquivé un coup de poing vous êtes tellement content que vous prenez le suivant, cela peut être douloureux (oui, ça sent le vécu…).

Les Arts Martiaux nécessitent un très haut niveau de concentration, mais surtout, il faut que ce niveau soit maintenu durant un long moment. Selon les disciplines, cela peut aller de quelques secondes à plusieurs heures.

En tant que TDA/H cela m’a énormément entraîné à me concentrer, car je n’ai pas toujours eu des partenaires conciliants (mais toujours bienveillants). Je me suis quelquefois déconcentré et je me rappelle de quelques chutes qui maintenant font des histoires à raconter. Et lorsque vous voulez réviser pour un examen, c’est important d’être capable de rester concentré !

 

Enfin les Arts Martiaux nous apprennent à repérer quand notre concentration diminue. Tout simplement parce qu’on sent que l’on risque un mauvais contre, qu’on doit forcer plus que nécessaire, etc. Il est important de repérer ce moment pour réussir à retrouver son calme et se reconcentrer, en combat comme durant un devoir.

Vous trouverez d’ailleurs d’autres astuces pour apprendre à mieux se concentrer à l’école et pendant les devoirs, en cliquant sur ce lien.

 

Mettez en place une routine pour vous concentrer

 

Je parlais tout à l’heure de routines contre la procrastination et pour bien marquer les règles. Ces routines ne font pas partie de mes stratégies d’apprentissage préférées par hasard.

 

Salut dans un dojo

 

Les Arts Martiaux utilisent les routines depuis longtemps pour nous faire entrer en mode concentration. Lorsqu’on monte sur le tatami (surface où l’on pratique notre discipline), on le salue. Puis on fait un salut tous ensemble, avec parfois une méditation que l’on appelle mokuso. Si vous voulez découvrir comment le mokuso peut vous permettre de devenir plus performant dans votre quotidien je vous conseille la lecture de cet article.

 

Il en va de même avec votre concentration pour apprendre. Il faut la ritualiser, de façon à ce que votre cerveau n’ait pas de doute. Il doit savoir que vous entrez dans un moment où il va devoir se concentrer.

Par exemple, avant de devoir apprendre quelque chose, j’écoute une musique calme en buvant une boisson chaude, et je prends 2 minutes pour me concentrer sur ma respiration.

 

Chacun a une routine qui lui correspond. Mais il est important d’en créer une. De cette façon, même si votre cerveau ne veut pas se concentrer, la routine va le mettre sur la voie de la concentration et l’aider à se focaliser.

Bien entendu, ce n’est pas une potion magique et parfois cela ne marche pas, mais globalement cela fonctionne plutôt bien !

Vous pouvez aussi aller voir cet article sur comment mieux gérer le TDA/H de vos enfants à la maison, où vous trouverez quelques astuces et exercices pour apprendre à mieux contrôler ses pertes d’attention.

 

Accepter l’imperfection et la progression

 

On attribue à plusieurs maîtres et surtout à Nelson Mandela la réplique suivante :

“Je ne perds jamais.
Soit je gagne, soit j’apprends.”

 

Dessin d'un homme qui monte des marchesEn France on a un rapport très conflictuel à l’erreur. On ne supporte pas de se tromper. Et si vous êtes une personne qui a du mal à relativiser par rapport à l’erreur je vous conseille cet article. Vous y apprendrez tous les avantages que vous avez à faire des erreurs.

Pourquoi je parle ici d’erreur ? Tout simplement parce que nous vivons dans un monde organisé pour les personnes neuro-typiques, autrement dit, pas nécessairement conçu pour ceux qui ont un fonctionnement un peu différent. C’est un peu comme être Gulliver au pays des géants.

 

Dans cette situation il est difficile de ne pas commettre d’erreur, n’est-ce pas ? Ah si ! Il existe bien une solution… Ne rien faire du tout. Et c’est ce qu’il y a de pire dans une situation d’apprentissage. Ce qui compte c’est d’essayer plus de fois que l’on échoue !

Je sais que cela ressemble à beaucoup de phrases toutes faites que vous trouvez sur les réseaux sociaux, mais il faut vraiment en prendre conscience. Tout le monde se trompe, il vaut mieux y aller, se tromper vite, pour apprendre vite.

 

Pour moi, le rôle le plus important d’un enseignant n’est pas de montrer, de donner une information. Son rôle est de montrer l’erreur, et d’expliquer le chemin à suivre pour ne plus la faire. C’est pour cela qu’il ne faut pas stigmatiser quelqu’un en lui disant qu’il a eu une mauvaise note, mais plutôt voir comment faire pour augmenter ses résultats.

Les Arts Martiaux ont un rapport différent avec l’erreur. Car on considère que l’on n’est jamais parfait et que l’on doit continuer à progresser tout le temps. C’est un excellent moyen de se détacher de l’erreur.

 

Cet article se termine, et j’en conviens il est un peu long. Mais je pense qu’il est important de travailler ces diverses stratégies d’apprentissage pour améliorer vos résultats. Que cela soit pour vous, vos enfants ou vos élèves, il est nécessaire de réfléchir différemment avec des personnes qui ont un TDA/H. N’oublions pas que cette particularité se manifeste souvent avec de l’hyper émotivité, et que ce n’est pas toujours évident à gérer, même pour les apprenants eux-mêmes.

 

Je remercie Anne de m’avoir donné la parole sur son super blog, qui est passionnant et que je recommande à tous mes collègues. Elle fait un gros effort de vulgarisation tout en restant humaine, et je trouve son travail très intéressant ! Pas vous ?

 

Si vous souhaitez retrouver Corps et Esprit Martial sur les différents réseaux sociaux :

Si vous êtes intéressé par le programme souplesse pour retrouver votre calme et votre focalisation, vous pouvez le retrouver gratuitement en suivant ce lien. Si vous préférez apprendre à améliorer votre concentration et mieux gérer votre temps avec votre TDA/H, cliquez sur ce lien pour télécharger votre ebook gratuit. N’hésitez pas non plus à aller fouiller dans les différentes catégories du site pour trouver d’autres stratégies et informations sur le TDA/H, et à poser des questions dans les commentaires.

 

À bientôt !

 

Article corrigé par Henri-Pierre Juguet : hpj.correction.redaction@gmail.com

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    175
    Partages
  • 175
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.