Comment gérer le TDA/H de son enfant à la maison

 

Bonjour à vous, parent désireux de savoir comment gérer le TDA/H de vos enfants ! 🙂

 

J’ai écrit il y a peu de temps un article sur le TDA/H chez l’enfant, qui apparemment a plu à énormément de monde et je vous remercie pour l’accueil fabuleux que vous lui avez réservé. Vous pouvez le lire ou le relire en cliquant sur ce lien.

Suite à cet article, j’ai eu énormément de question sur la gestion du TDA/H chez l’enfant. J’ai donc décidé de vous faire un résumé dans cet article des méthodes et astuces que j’ai eu l’occasion d’apprendre. Et ça tombe bien car j’ai beaucoup appris ces derniers temps, notamment grâce à différents thérapeutes et coachs spécialisés en TDA/H reconnus et extrêmement intéressants.

L’un d’eux est le Dr Olivier Revol, qui nous fait voyager dans l’univers de ses consultations et de son métier au travers du livre “On se calme”, dans lequel il donne énormément d’informations sur le TDA/H chez l’enfant et l’adolescent, et comment mieux le gérer.

Dans cet article, je vais donc synthétiser pour vous les différents enseignements que l’on peut tirer de ce livre, et plus particulièrement les principes et astuces fondamentaux qui vous permettront de mieux gérer le TDA/H de vos enfants à la maison, pour enfin vivre une vie de famille plus saine, plus détendue et plus heureuse. Je rajouterai aussi des astuces qui ne sont pas dans ce livre, mais qui pourront vous aider à assurer à la maison ! 🙂

Si vous avez la moindre question (sur la réalisation d’une des astuces par exemple), surtout n’hésitez pas à me la poser en commentaire de cet article (en bas de la page) et je vous répondrai avec plaisir (d’autres personnes se posent sûrement la même question sans oser l’écrire, vous aiderez donc beaucoup de monde ! 😉 ).

Vous pouvez bien évidemment adapter toutes les astuces que je vous donne ici à votre propre mode de vie et aux difficultés de votre enfant.

 

 

Mieux communiquer

 

Le TDA/H étant notamment une différence dans la gestion de l’attention, il est important de comprendre les mécanismes qui diffèrent d’un cerveau neurotypique, pour pouvoir apprendre à mieux communiquer, et ainsi éviter plus facilement les mésententes et quiproquos en tout genre avec les personnes concernées. Vous pouvez pour cela lire cet article sur le TDA/H chez l’enfant.

 

S’assurer de son attention

Capter le regard de l'enfant

 

Pour vous assurer que votre enfant va faire attention à ce que vous lui dites, assurez-vous déjà qu’il va prendre conscience que vous lui parlez. Pour cela :

  • Ayez un contact physique avec lui : la main sur l’épaule par exemple.
  • Ayez un contact visuel : il doit vous regarder.
  • Demandez lui s’il a compris et faites-lui répéter pour être sûr, cela aura pour effet d’ancrer un peu mieux ce que vous lui avez dit dans sa mémoire.

 

N’oubliez pas que même si votre enfant a entendu, s’il est occupé à autre chose il risque d’oublier ce que vous lui avez dit. Vous devrez donc répéter, ou bien mettre en place des rappels sonores (qui sonnent fort pour qu’il y fasse attention) par exemple, qui seront là pour lui rappeler à votre place.

 

Un exemple concret :

 

- Mon chouchou, on passe à table dans 10 minutes. Tu as entendu ?

- Oui ok, compris !

- Je mets le "time timer" à 10 minutes. Quand ça sonne, c’est 
que tu dois arrêter de jouer et venir. Qu’est-ce que je viens 
de dire ?

- Dans 10 minutes ça sonne et je viens, oui j’ai compris !

 

Il est possible que ce système soit un peu énervant au début pour votre enfant, c’est pour cette raison qu’il est important de lui expliquer le fonctionnement de son cerveau pour qu’il comprenne pourquoi il faut mettre en place des stratégies et ce que ça va lui apporter (moins de punitions et une meilleure ambiance à la maison par exemple ! 😉 ) Il faut toujours discuter ensemble des stratégies que vous allez mettre en place, et qu’il y participe activement pour qu’il puisse mieux s’y projeter.

 

Mieux formuler ses demandes

 

Lorsque vous formulez des consignes, elles doivent être simples et claires. Si vous commencez à vous perdre dans de longues explications ou que la demande porte à confusion, soyez sûr que son attention va décroître à la vitesse de la lumière ou qu’il aura mal compris !

Demandez une seule chose à la fois. Les consignes multiples sont à proscrire avec le TDA/H, il va forcément oublier ou ne pas faire attention à l’une des sous-consignes.

 

 

Mieux structurer son environnement

 

Notre environnement influence énormément notre esprit. Un environnement en désordre va par exemple induire un esprit plus désordonné. De même, la mémoire du cerveau avec TDA/H étant déficiente, il est important de trouver des stratégies pour mieux structurer le temps et l’espace.

 

La zone de décollage

entrée de la maison : zone de décollage

 

La zone de décollage est un exemple d’aménagement de votre espace de vie. Il s’agit de définir un espace (en général l’entrée de la maison) dans lequel on prépare le départ de la maison (pour aller à l’école par exemple) en y plaçant tout ce dont on va avoir besoin. Il y a plusieurs astuces à respecter pour que ça marche :

  • Il est préférable d’y déposer ses affaire le plus tôt possible, idéalement la veille au soir.
  • Après avoir déposé les affaires, faire un récapitulatif de tout ce qu’il y a dans le sac, sans oublier les chaussures, manteaux, et autres affaires qui ne vont pas dans le sac. Il est intéressant pour cela d’avoir créé une check-list de tout ce qui doit être emporté, que l’on vérifiera à chaque fois à ce moment-là.
  • Cette astuce doit être systématique et devenir une habitude, pour que de moins en moins de choses soient oubliées et que votre enfant apprenne à utiliser l’astuce quelles que soient les circonstances, les lieux, etc.

 

Vous pouvez bien sûr décliner cette astuce en autant de zones dans la maison que vous le désirez et pour autant de tâches différentes que vous le désirez. 🙂 L’important est de choisir une zone ou un endroit précis pour faire ou déposer quelque chose, et que ça ne bouge plus par la suite. C’est aussi un excellent moyen pour apprendre à ne plus oublier où on a posé ses affaires ! 😉

 

Mieux organiser le temps

 

Une personne avec un TDA/H a des difficultés avec la notion du temps. Celui-ci s’écoule pour lui de manière différente selon son degré d’engagement dans la tâche qu’il est en train d’effectuer. Autrement dit, si votre enfant est en train de jouer à un jeu vidéo, 1H lui paraît réellement 10 minutes, il ne prend pas conscience du temps qui passe. Mais s’il est en train de faire une tâche qu’il n’aime pas, ce sont 10 minutes qui lui paraissent 1H. Ce n’est pas une question de volonté. De plus, lorsqu’il effectue une tâche comme se laver les dents par exemple, il est incapable de ressentir correctement le temps. Si vous lui demandez combien de temps il a passé à faire quelque chose, très souvent il se trompera.

C’est pour cela qu’il est important d’apprendre à baliser les différents moments de la journée :

  • Avoir des horloges un peu partout dans la maison (plus elles sont grosses, mieux c’est)
  • Lui faire porter une montre à son poignet le plus tôt possible, pour qu’il apprenne à ressentir du mieux qu’il pourra la notion de temps.
  • Utiliser des sonneries (réveils, alarmes, etc.) pour indiquer les moments clés de la journée.
  • Utiliser un time timer, qui est une sorte de chronomètre où l’écoulement du temps est très visuel, pour faire les devoirs, baliser les temps de jeux, ou ce ce que vous voulez.

 

Time Timer

 

Lorsque vous devez partir quelque part avec votre loulou, prévoyez de partir avant l’heure à laquelle vous êtes censé partir pour arriver à l’heure. Balisez son temps de préparation.

 

Par exemple en utilisant les Time Timer et autres alarmes :

  • Time Timer à 20 min dans la salle de bain (il y a une sonnerie à la fin du temps imparti)
  • Puis un timer ou une alarme 10 minutes plus tard (le temps de vérifier ses affaires)
  • Puis une sonnerie quand il doit mettre ses chaussures et se tenir près à partir

À vous d’en discuter avec lui pour optimiser tout ça selon vos habitudes. Il aura sûrement un peu de retard sur chaque sonnerie, mais comme vous aurez prévu une avance… 😉

 

Avoir des aides visuelles aux endroits stratégiques de la maison

 

Positionnez aussi des rappels visuels à des endroits stratégiques de la maison.

Une feuille de route dans la salle de bain est très utile, avec tous les temps de sa toilette. Par exemple :

  • 10 min sous la douche
  • 3 minutes pour se laver les dents
  • 5 minutes pour s’habiller, etc.

(Prévoyez large)

 

Vous pouvez aussi utiliser un tableau pour les tâches ménagères à effectuer, avec un temps donné pour le faire (la journée par exemple, et à lui de gérer le moment où il le fait). Un magnet vert quand c’est fait, un jaune quand c’est ni fait ni à faire, un rouge quand ça n’est pas fait. Chaque magnet vert donne droit à une petite récompense ! Par contre, évitez les punitions si ce n’est pas fait. Cette façon de fonctionner lui permettra de maintenir sa motivation et sa volonté de bien faire.

De la même manière, afficher un règlement dans sa chambre lui permettra de mieux prendre conscience de ses devoirs (et vous permettra de lui rappeler régulièrement. Vous pouvez d’ailleurs là aussi utiliser un système de points 😉 ). Cela permettra aussi de discuter de ce qui est autorisé ou pas avec votre conjoint(e) avant que le problème n’arrive, et ainsi de vous accorder sur la conduite à tenir en cas de non respect des règles.

 

aide visuelle porte 1

aide visuelle porte 3

 

 

 

 

 

 

 

aide visuelle porte 2
Un exemple de fiche de rappel que j’ai mise sur ma porte d’entrée.

 

Les moments à risque

 

L’énergie d’une d’une personne avec un TDA/H est très variable, pouvant aller de l’apathie à la surexcitation (selon le type de TDA/H). Les moments où la glycémie est basse sont donc des moments à risque, car la fatigue augmente les symptômes d’inattention, d’impulsivité, voire d’agitation. Ces moments sont principalement :

  • Le réveil
  • Avant les repas

 

Les moments où votre enfant est en présence de beaucoup de stimuli extérieurs, comme les moments en groupe, sont aussi des moments à risque. Enfin, dans les moments où votre loulou s’ennuie, se sont les stimuli intérieurs (ses pensées) qui peuvent provoquer un risque d’agitation.

Anticipez aussi les changements d’activité, ou pire, les changements de programme. Car une personne avec un TDA/H est très TRÈS peu flexible lorsqu’il s’agit de changer d’activité, SURTOUT si ce n’était pas prévu ! Elle aura tendance à persister dans son activité première sans réussir à modifier son comportement. Ce n’est pas un manque de volonté mais une réelle différence de fonctionnement de son cerveau. (Si ça peut vous rassurer, si il fait des études ou plus tard dans son travail, c’est aussi ce qui lui permettra de se focaliser sur son devoir à rendre assez longtemps pour le rendre à temps, lorsqu’il s’y sera pris à la dernière minute ! Et là je parle d’expérience ! XD )

 

 

Quelles activités favoriser

 

Limiter les excitants

 

Les activités avec écran sont excitantes pour le cerveau. Attention, je ne dis pas qu’il faut les proscrire (certains jeux vidéos peuvent d’ailleurs être excellents pour le cerveau !) mais il faut limiter ces activités avant le coucher ou avant les moments où vous allez demander à votre enfant d’être calme et posé. Il peut être intéressant de fixer avec lui un temps par jour ou un nombre d’émissions à ne pas dépasser.

De la même manière, certains aliments excitants (notamment les sucreries) sont à cadrer dans la même mesure que les écrans.

 

Encourager les activités en extérieur et en famille

 

sport enfant et adulte

Les activités en extérieur permettent de se défouler et de s’oxygéner. Après une activité de plein air, une bonne fatigue s’installe et les tensions du corps disparaissent, ce qui permet de faire tomber l’agitation. Évidemment, pour que ça marche, il faut que votre loulou se soit réellement dépensé musculairement. Rigoler dehors avec les copains et copines, ça ne marchera pas, au contraire ! 🙂

Les activités en famille sont aussi un bon moyen de se dépenser tout en resserrant les liens entre vous. Une ballade en forêt, une séance d’escalade, un après-midi accrobranches, ou même pratiquer un sport ensemble, par exemple, sont autant d’activités qui vous permettront de vous dépenser en ayant moins peur du regard des autres, et de prendre confiance en vous et en vos enfants. Soyez imaginatifs !

Le sport et notamment les arts martiaux sont une activité conseillés pour apprendre à mieux gérer l’hyperactivité et l’attention. Ils aident ainsi à mieux contrôler les symptômes du TDA/H de l’enfant, comme c’est expliqué dans cet article, ou bien celui-ci.

Certaines activités relaxantes sont aussi de très bonnes idées et apprendront à vos loulous la patience, la sérénité et la concentration pour certaines. Par exemple, la pêche, les échecs, le golf, le yoga, etc.

 

 

Les astuces anti-impulsivité et agitation

 

Lorsque l’agitation est là, il est difficile de la calmer. De même, rester concentré et réfléchir avant d’agir n’est pas franchement quelque chose de naturel lorsqu’on a un TDA/H ! Voici donc deux astuces venues des États-Unis pour apprivoiser la bête qui sommeille en chaque TDA/H !

 

Stop, think and go

 

C’est un peu comme tourner sa langue dans sa bouche avant de parler, mais ça s’applique aussi aux actions. Vous pouvez assez facilement le lui présenter comme un jeu ou un challenge :

  1. À chaque fois qu’il veut dire ou faire quelque chose, avant de se précipiter, STOP !
  2. Réfléchir (en tournant 7 fois sa langue dans sa bouche si besoin)
  3. Et quand il/elle est sûr(e) que ce n’est pas une bêtise, GO !

Imagez le jeu en inventant des gestes pour l’aider à se rappeler, et rafraichissez-lui la mémoire de temps en temps !

 

Time out

 

Lorsqu’il est dans un groupe et que son agitation et son impulsivité deviennent insupportables : TEMPS MORT. Mettez-le un peu à l’écart le temps qu’il se calme, sans vous fâcher mais en lui expliquant que là il faut faire redescendre la pression.

Si besoin, il peut à ce moment là faire un exercice de respiration, ou méditer tranquillement, assis de préférence, en regardant quelque chose de relaxant par exemple (un objet, une plante, un mur, tout ce qu’il y a sous la main).

Ça ne doit pas être vécu comme une punition, mais vraiment comme un temps mort le temps qu’il fasse redescendre la pression. Donc dès qu’il se sens prêt, il peut retourner jouer. 🙂 Plus il fera cet exercice, plus il réussira à prendre conscience de son agitation et à se calmer rapidement. Et plus tard il n’aura même plus besoin de faire de temps mort et pourra se calmer tout de suite !

 

 

Encourager

 

une famille sur la plage

 

D’un point de vue général, quelles que soient les stratégies que vous mettrez en place, privilégiez les encouragements aux réprimandes. Un enfant avec un TDA/H ne fait pas exprès de ne pas répondre correctement, de ne pas réussir à se concentrer, ou de s’agiter lorsqu’on lui parle. Il le subit autant que vous, et il fait ce qu’il peut pour faire plaisir et s’améliorer.

Mettez en avant ses réussites, valorisez-le. Mettre en place ensemble des stratégies, en en faisant des challenges qu’il peut réussir, lui permettra de prendre mieux conscience de ses difficultés et d’être acteur de ses améliorations, ce qui développera chez lui une certaine assurance lorsqu’il réussira, au lieu de développer de l’anxiété et un manque de confiance.

Lorsque vous devez le réprimander, dissociez son comportement et sa personnalité : Ce n’est pas lui qui est pénible, mais son comportement à ce moment précis. Cela lui permettra de comprendre qu’il n’est pas rejeté et qu’il lui suffit d’ajuster son comportement pour que ça aille mieux.

 

 

Passer la main quand cela est nécessaire

 

Malgré tout, il y aura toujours des moments où vous aurez besoin de souffler un peu. Aménagez-vous des moments de répit, n’hésitez pas à passer la main, que ce soit à des professionnels ou à d’autres parents.

Je sais que beaucoup de personnes ont peur du regard des autres et ont déjà été confrontées aux jugements d’autres parents. Il existe des groupes de parents d’enfants avec TDA/H qui cherchent à se regrouper et s’entraident pour s’occuper des enfants des uns et des autres. Vous trouverez peut-être de nouveaux amis près de chez vous en intégrant de tels groupe. 🙂 Il y a par exemple : TDAH La pause (rencontres entre familles).

 

 

Communiquer à propos du TDA/H de votre enfant

 

Dans la famille

 

Il n’est pas toujours facile d’aborder le problème du TDA/H. Beaucoup de rumeurs et de préjugés, mais aussi beaucoup de rancœurs et de peur du rejet, brident le dialogue.

Vous pourriez commencer par expliquer le TDA/H à votre famille en vous aidant des différents articles que vous avez pu lire pour vous faciliter la tâche. Prenez des notes, et soyez patient, comprenez que ce n’est pas facile d’aller au delà d’un préjugé, que cela peut prendre du temps et que ce n’est pas de la mauvaise volonté.

 

À l’école

 

Parlez aussi du TDA/H à l’école, et voyez avec l’équipe encadrante quelles stratégies pourraient être mises en place pour aider votre loulou(te). Donnez leur des outils, renvoyez-les vers des articles ou les explications de spécialistes, comme le Dr Pouhet dans sa conférence pour la PEEP, où il explique aux encadrants comment fonctionne le TDA/H et comment mieux le gérer à l’école. Et faite preuve de diplomatie ! Les enseignants se vexent très facilement (et c’est bien normal !) s’ils ont l’impression qu’on veut leur apprendre leur métier ! 😉

 

Pour aider votre enfant à améliorer sa concentration à l’école et pendant ses devoirs, vous pouvez aussi lire cet article qui donne des astuces pratiques et simples à mettre en place.

 

enfant tdah à l'école

 

 

Ça marche aussi pour vous et votre conjoint(e) !

 

Comme le TDA/H est une différence de type héréditaire, il est fort à parier que votre conjoint(e) présente au quotidien les mêmes difficultés de communication, d’attention et de mémoire que votre enfant (à moins que ce soit vous ! 😉 ). Même s’il/elle a mis en place en grandissant des stratégies pour camoufler cette différence de fonctionnement (ou vous), cela peut vous soulager tou(te)s les deux de reprendre les mêmes stratégies et de les appliquer à toute la famille. En plus de faire participer et resserrer les liens de tout le monde, je pense qu’il est bon que toute la maison fonctionne de la même manière afin de renforcer ces stratégies et qu’il n’y ait pas de confusions.

 

 

Modifier sa propre façon d’aborder les choses

 

Il est normal que vous vous sentiez parfois exaspéré(e). Il est aussi normal que vous ne compreniez pas toujours les réactions ou le fonctionnement de votre loulou(te). Ne cherchez pas à être un parent parfait, cela n’existe pas, donc abandonnez votre culpabilité. 🙂

Aussi, souvenez-vous de votre propre enfance, cela vous aidera à comprendre ce qui peut se passer en lui/elle. Ce n’est pas grave que tout ne soit pas toujours parfait dans la maison, que tous les challenges ne soient pas toujours réussis. En vous autorisant plus de libertés, en vous laissant plus d’espace pour exister et en laissant exister vos imperfections, vous réussirez petit à petit à abandonner la peur du regard des autres et du rejet.

Vous avez le droit de ne pas être et de ne pas vivre comme vos voisins, et si ça ne leur plaît pas, cela ne vous regarde en rien, c’est leur problème ! Qu’ils s’arrangent avec leurs rigidités, ils seront plus malheureux que vous qui osez montrer vos différences, votre sensibilité, et votre joie de vivre ! Ce qui est important pour vous, c’est que vous soyez en accord avec vous-même et que vous puissiez vivre des moments de joie avec votre famille.

 

un enfant offre des feuilles à sa maman

 

Pour en savoir un peu plus sur la mise en place d’alarmes, vous pouvez aller consulter cet article où vous apprendrez comment elles sont utiles pour mieux gérer certaines difficultés dues au TDA/H. Si vous soupçonnez une dyslexie chez votre enfant en plus du TDA/H, vous pouvez aussi aller voir cet article de Mickaéline du blog Vivez une vie Fantasdys sur les différents symptômes de la dyslexie.

Si vous avez la moindre question (sur la réalisation d’une des astuces par exemple), surtout n’hésitez pas à me la poser en commentaire de cet article (en bas de la page) et je vous répondrai avec plaisir (d’autres personnes se posent sûrement la même question sans oser l’écrire, vous aiderez donc beaucoup de monde. 😉 ).

Et si vous connaissez d’autres astuces qui fonctionnent pour vous, vous êtes libre de les écrire aussi bien sûr ! 🙂 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager sur vos réseaux sociaux préférés ou cliquer sur le bouton “j’aime”, afin de me soutenir et d’aider d’autres personnes qui pourraient en avoir besoin.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, je vous souhaite une bonne mise en place de vos stratégies et de merveilleux moments en famille ! ;*

 

Anne Juguet TDAHAnne Juguet

Le TDAH au quotidien

 

Sources :
  • On se calme, du Dr Olivier Revol
  • Mon cerveau a toujours besoin de lunettes, du Dr Annick Vincent
  • Conférence du Dr Alain Pouhet pour la PEEP 2018
  • Coach de génies créatifs, une chaîne Youtube de Lynda Walker, spécialiste en TDA/H
  • Le programme de TCC (Thérapie Cognitico-Comportementale) de groupe pour le TDA/H, du Dr Véronique Gaillac

 

Article corrigé par Henri-Pierre Juguet : hpj.correction.redaction@gmail.com

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    110
    Partages
  • 110
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.