arts martiaux et concentration

Améliorer sa concentration grâce aux arts martiaux et sports de combat

 

 

Salut les hypers,

 

Cet article est un article invité ! Je suis heureuse d’accueillir aujourd’hui Marvin du blog Corps et Esprit Martial (qui est aussi mon deuxième blog), pour qu’il nous parle de la concentration et des arts de combat. Le manque de concentration est un symptôme fréquent chez les personnes qui ont un TDA/H. Nous allons voir en quoi la pratique des arts martiaux et des sports de combat peut les aider. Bonne lecture ! 🙂

 


 

J’espère que vous avez de l’énergie à revendre parce qu’aujourd’hui ce n’est pas Anne qui vous fait l’article sur la concentration mais Marvin ! On va voir comment les arts martiaux peuvent vous aider à mieux vous concentrer.

 

 

Qui est-ce que je suis ?

 

Je suis un ami d’Anne (et rien que pour ça je veux un like sur cet article !) ;p J’ai très certainement moi-même un TDAH, même si je ne ressens pas le besoin de me faire diagnostiquer, de nombreux signes ne trompent pas ! Je tiens un blog aux côtés d’Anne sur la préparation physique et mentale dans les arts martiaux et les sports de combat : Corps et Esprit Martial.

Je suis instructeur de Ju-jutsu Mushinryu, un art martial que je pratique depuis plus de 14 ans et que j’enseigne officiellement depuis 4 ans à des élèves de tous les âges. Mais avant cela j’ai secondé mon sensei pendant quelques années pour me préparer.

 

Pourquoi un article sur les arts martiaux sur ce blog ?

 

J’ai eu pour élèves des personnes qui ont un TDA/H, et Anne en fait partie. Pour moi ce que l’on apprend sur les tapis ne doit pas servir que dans le dojo. J’ai donc cherché à aider mes élèves du mieux que je pouvais ! Et apparemment j’ai réussi à en aider quelques-uns, notamment à améliorer leur concentration ! J’avais donc envie de vous livrer toutes les petites choses qui ont pu les aider.

 

Relation sensei/élève : arts martiaux

 

 

L’éthique du dojo, une concentration de tous les instants

 

Traditionnellement au Japon, le dojo est “le lieu où l’on pratique”, que cela soit les arts martiaux, l’ikebana (art de faire des bouquets floraux), le chakai (cérémonie du thé) ou tout autre discipline.

Dans nos dojos européens, qui se consacrent à l’étude des arts martiaux, on se rapproche plus ou moins de l’éthique nippone. Nous allons voir les spécificités qui peuvent être propices à l’amélioration de la concentration.

 

Des règles nécessaires à la concentration

 

Des règles régissent l’utilisation d’un dojo. Que ce soit pour y entrer ou en sortir, il faut par exemple saluer les tatamis. Ces règles, qui ne sont pas nécessairement très nombreuses, sont importantes. Elles permettent de structurer la pratique, de donner un cadre. Et elles nécessitent de l’attention et de la concentration (on reviendra dans le paragraphe suivant sur comment se déroule leur apprentissage).

 

règles arbitre

 

Ce cadre est une chose assez bénéfique pour les personnes avec un TDA/H, d’après ce que j’ai pu remarquer du moins. Il y a deux solutions, soit elles le prennent très à cœur dès le début de leur pratique, et parfois même un peu trop. Et bien, c’est un excellent moyen pour elles d’apprendre à se détacher des choses, de comprendre que ce n’est pas un drame s’il y a une erreur de faite dans un salut.

Soit elles ont du mal à s’y conformer, elles ne comprennent pas l’intérêt de “plier” face à cette règle. Mais petit à petit, en voyant l’ordre et le calme que cela instaure, cela a un côté rassurant et du coup elles améliorent leur concentration sur ces règles.

Dans les deux cas, ces règles sont un très bon moyen pour les personnes qui on un TDAH d’apprendre à mieux gérer leur rapport aux autres et à réussir à se concentrer sur ce qui les entoure.

rapport à l'autre et concentration

 

Exigeant, mais juste

 

Alors ici je vais plutôt parler de mon propre rapport à la discipline. J’ai une façon assez stricte d’enseigner, mais je veille à toujours être le plus juste possible. Par exemple, je n’aime pas que l’on utilise un vocabulaire trop vulgaire sur les tatamis. Si quelqu’un en fait usage, il y aura une sanction (des pompes, des flexions, etc… selon mon envie).

J’ai remarqué que les personnes avec un TDA/H ont tendance à faire plus d’erreurs que les autres au début, mais qu’au fil du temps ce sont elles qui en font le moins. Car elles ont une règle stricte et une sanction qui va avec et c’est pour elles un très bon moyen de comprendre et accepter le fonctionnement de la règle !

 

un boxeur et son entraîneur

 

Je me rappelle d’un élève qui, au tout début où il a commencé avec moi, me disait souvent “Ah bon, j’ai fait ça en même temps que je te parlais ?” et qui au fur et à mesure ne faisait presque plus ce genre d’erreurs !

Par contre, je me suis fixé pour règle de ne pas faire de différence, au niveau de la sanction, entre un TDAH et un autre. Justement parce que je ne considère pas qu’être TDAH soit une tare, ou que sais-je encore, c’est une façon d’être tout simplement. Ce qui va varier c’est mon discours pédagogique. Je prendrais peut-être un peu plus de temps pour lui expliquer et lui faire comprendre son erreur (la correction sans l’explication c’est aussi utile que repeindre un mur qui moisi tous les hivers, l’année prochaine il y aura à nouveau du moisi).

 

 

Attention, concentration et participation

 

Dans les arts martiaux, nous pratiquons des techniques qui ont été conçue pour neutraliser un adversaire, voire parfois pour être létales. Il est nécessaire de faire preuve de concentration et d’attention. Quand à la participation, nous parlerons tant de la participation verbale au cours, que de l’énergie que nous avons à pratiquer en tant que TDAH.

 

Le salut, une concentration à toute épreuve

 

J’ai envie de prendre pour exemple le cérémoniale de début, car il nécessite autant de concentration que n’importe quelle autre technique, si ce n’est plus. En effet, vu qu’on est assis, qu’il peut y avoir une phase de méditation, il faut réussir à rester calme et concentré sur ce que l’on fait (ça se voit immédiatement si quelqu’un n’est pas concentré et se dandine sur ses genoux).

 

dojo seisa salut

 

Le salut est le début de la pratique, on dit souvent que l’on pratique comme on salue. Si vous faites un salut en étant dissipé il est fort probable que vous le serez pendant tout le cours.

“Heu… José, tu peux poser ce katana s’il te plaît ?”

C’est pour cela que c’est un très bon exercice pour les hypers. Car je ne commence pas le cours tant que je n’ai pas un minimum de concentration. Au pire des cas, je peux mettre un élève sur le bord le temps qu’il se calme.

Le fait de réussir à créer un pic de concentration à un moment donné est un excellent exercice pour vous. Cela vous entraîne à convoquer votre concentration lorsque vous en avez besoin, par exemple pour finir un devoir ou pour remplir un document à renvoyer, alors que vous aviez trèèèèèèès envie de regarder ces nuages dans le ciel. Bien entendu il en va de même pour toutes les techniques. Elles demandent toutes un niveau de concentration élevé, donc chaque instant est un entraînement !

 

Manque/perte de la concentration

 

On sait bien à quel point une personne avec un TDAH peut vite perdre la concentration (non ne regardez pas cette mouche qui vient de passer devant votre écran). Dans les arts martiaux cela se voit quasi immédiatement. Une perte d’équilibre qui n’aurait pas dû avoir lieu, le fait que l’on ne regarde plus son partenaire à un moment où il ne faut pas le quitter des yeux… les occasions ne manquent pas ! Et, si on le rappelle régulièrement, ces personnes finissent par moins relâcher leur concentration.

 

combat de kendo et concentration

 

Les arts martiaux et le sens du détail

 

Dans les arts martiaux tout se passe dans le détail. Et le détail ne se corrige qu’à l’aide de concentration. Ainsi, les personnes avec un déficit de l’attention ou une hyperactivité doivent se concentrer s’ils veulent progresser. Et je suis certain que vous savez à quel point vous êtes capables de soulever des montagnes pour obtenir ce qui vous tient vraiment à cœur !

 

Les arts martiaux, un moyen de s’accomplir

 

Comme je le disais précédemment, je ne fais pas de différenciation entre mes élèves. Quand il s’agit de passer au milieu, seul, personne n’y échappe. C’est, encore une fois, un très bon moyen de tester sa concentration, comme expliqué par Anne dans l’article de la semaine dernière : Comment augmenter sa concentration grâce au sport.

Et c’est souvent à ce moment là que mes chers hypers peuvent devenir envieux de participer, car ils y voient un moyen de reconnaissance. C’est aussi un moyen de valoriser cet usage de la concentration, car souvent le travail effectué est de bonne qualité (pour leur niveau).

De plus, lorsqu’on a un TDAH, on a parfois tendance à vouloir (un peu trop) parler de ce que l’on aime. Et souvent, lorsque je pose des questions, les hypers sont les premiers à vouloir répondre. C’est encore un moyen de travailler la concentration et la mémorisation !

 

ceinture noire

 

Les katas, un exercice qui demande beaucoup de concentration

 

Les katas, ce sont des exercices normés, qui se font seul ou à 2. Il faut respecter un ordre pour chaque chose, la façon dont on avance, dont on se déplace, où va notre regard, etc… Si c’est un kata fait seul, il demande en plus un effort de visualisation.

Mais la difficulté du kata n’est pas de réussir à faire ces mouvements. C’est de réussir à les faire correctement, de manière souple et détendue, et de ne pas perdre le fil. Je me rappelle encore d’Anne lorsqu’elle a dû passer sa ceinture noire :

“Ah non, mais ça j’y arriverai pas, laisse tomber, je ne peux pas enchaîner trente minutes de mouvements sans me planter.”

Mais les arts martiaux sont faits de telle manière que l’on ne peut pas échouer. Soit on réussit, soit on apprend. Elle a beaucoup appris, puis elle a réussi.

karate warrior

Suite à cet exercice, l’ensemble des élèves me disent qu’ils arrivent mieux à se concentrer, que ce soit pour un devoir ou pour tout autre tâche. Tout simplement parce que c’est quelque chose qui demande autant d’énergie et de concentration si c’est la première fois que vous le faites que la millième.

 

L’action, la concentration dans tous ses états

 

Comme je le disais un peu plus haut, les techniques que nous pratiquons servent à neutraliser (parfois en étant létales) et peuvent donc être potentiellement dangereuses, même en entraînement. Je tiens quand même à préciser que le but de la pratique des arts martiaux n’est pas d’apprendre à tuer des gens, n’est-ce pas ? C’est juste un aspect et les arts martiaux sont aujourd’hui bien plus que cela, on l’apprend tout au long de sa pratique ! 😉

 

coup de pied, action et concentration

 

Le taninzugeiko, un exercice qui augmente la concentration

 

Dans notre école on a un exercice qui s’appelle le “taninzugeiko”, qui consiste à avoir deux ou trois personnes qui font des attaques improvisées sur vous, et vous devez trouver la solution adéquate. Cet exercice est nécessaire dans l’esprit de self-défense que nous souhaitons avoir et permet notamment d’augmenter votre concentration… Mais il est aussi très difficile.

 

Le stress du combat, une bonne façon de travailler sa concentration

 

Lorsqu’on monte en stress comme lors d’un combat, qu’importe sa forme (combat de box, au sol, de projections, etc.), le rythme cardiaque augmente. Et il faut avouer que le risque de se prendre un coup ou de se faire projeter n’est pas pour nous rassurer. De même, l’activité physique fait augmenter le rythme cardiaque.

 

tension et coach avant un combat

 

Ainsi, vous êtes obligé de rester concentré même si vous êtes sous pression et c’est un très bon exercice pour la vie courante. Que vous ayez un TDAH ou pas, réussir à garder votre concentration même en cas de danger peut vous aider, voir vous sauver la vie par exemple, pour réussir à éviter un accident de la route. Et si vous arrivez à rester concentré dans de telles conditions, il va sans dire que dans une situation plus calme cela devrait être plus facile (même si ce n’est pas toujours vrai).

 

La concentration c’est aussi le lâcher prise

 

Le fait d’être concentré ne signifie pas devoir réfléchir à tout. Cela peut même vouloir dire tout l’opposé. En arts martiaux comme dans le Zen, on dit que “toute pensée est déjà vieille”, cela signifie que le temps que l’on pense une chose, cette chose est passée. Or si ce que je pense est “il me met un coup de couteau”, il est fort probable que ce soit ma dernière pensée.

 

s'entrainer, équilibre et concentration

 

Il faut donc réussir à rester concentré sans pour autant penser à tout. Et si c’est compliqué, c’est quand même un super entraînement pour améliorer sa concentration, parce que cela signifie qu’on peut se concentrer sans même y penser !

Voilà, vous savez maintenant pourquoi je pense que les arts martiaux peuvent aider les personnes qui ont un TDA/H à mieux se concentrer. En tout cas, moi cela m’a beaucoup aidé. J’espère que cet article vous aura plu ! Si vous souhaitez que j’intervienne sur un autre thème que la concentration pour apporter mon point de vue, n’hésitez pas à le dire à Anne en commentaire.

N’oubliez pas de vous abonner à son blog et de jeter un œil au nôtre si le cœur vous en dit. 🙂 Vous pouvez aussi le partager pour donner des idées de sports à pratiquer à vos proches !

 

Bonne continuation les amis ! 😉

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.