concentration et méditation

Concentration et méditation : débuter et passer les premiers obstacles

 

 

Salut à vous, cher hyper inattentif ! 😉

 

Dans la série concentration, je vais aujourd’hui vous parler de concentration et méditation. Je sais que beaucoup d’hypers ont beaucoup de mal avec cette pratique. Et je les comprends ! Imaginer que l’on va devoir rester immobile et se concentrer sur une seule chose durant de longues minutes est un calvaire pour quelqu’un dont le problème est justement qu’il est incapable de faire ces deux choses là !

Mais imaginez-vous un train de pratiquer un sport ou une activité artistique que vous aimez par exemple. Imaginez (ou souvenez-vous) votre premier cours, et votre désarroi devant un exercice de débutant que l’on vous proposerait, que vous vous sentiriez bien incapable de faire et qu’un élève plus avancé ferait devant vous avec tellement de facilité ! Est-ce que le fait de débuter une activité et d’être le plus nul de toute le bande veut forcément dire que vous n’y arriverez jamais ? Avez-vous si peu confiance en vous que vous vous coupez délibérément d’une activité (la méditation ou cette fameuse activité sportive ou artistique) qui vous apporterait pourtant beaucoup de joie et de sérénité si vous vous entraîniez juste un peu de manière régulière ? Je trouve cela dommage, mais après tout, chacun fait ce qu’il veut en fonction de sa personnalité… Mais au cas où, je vais quand-même vous dévoiler tout ce que la méditation pourrait apporter à votre capacité d’attention et à votre vie, et les pièges à éviter pour bien pratiquer cette activité. 😉

 

piège de débutant

 

Et puis franchement, ne vous est-il jamais arrivé de franchir un obstacle que vous pensiez trop haut pour vous (quel que soit le domaine de votre vie) ? Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ? Ne serait-il pas amusant de retenter l’expérience avec un petit défi avec lequel vous n’avez franchement rien à perdre ?

J’ai déjà écrit plusieurs articles sur la méditation, que vous pouvez aller consulter si vous ne les avez pas encore lus : Comment la méditation m’a aidé dans ma vie et une introduction aux différentes pratiques de méditation. Dans cet article je vais donc un peu plus loin, et me concentrer sur les difficultés que l’on peut rencontrer lorsqu’on débute.

 

 

Comment la méditation nous aide à mieux nous concentrer

 

La méditation est une pratique qui est destinée à lier le corps et l’esprit. Les deux fonctionnent ensemble. Le monde des idées n’est pas une chose et la matière autre chose. Lorsque vous pensez à aller quelque part, vous influencez votre corps qui se met en action. Lorsque votre corps se fait mal, il envoie une information et vous voilà en train de pester et penser : “Quelle méchante table !”.

Le TDA/H (ou le TDA) à tendance à couper l’esprit du corps. Ainsi on peut passer des heures entières (voire des jours entiers) à être en hyperfocalisation sur un projet ou une recherche qui nous passionne, et en oublier totalement l’heure du repas par exemple, ou même que l’on est assis dans une position extrêmement inconfortable, jusqu’à ce que la faim ou la douleur soient devenues si fortes qu’elles nous rappellent à l’ordre.

 

faim

 

Une meilleure conscience de soi et de ce qui nous entoure

 

Le simple fait de prendre conscience de son état ne serait-ce qu’à un moment de la journée (état d’esprit, d’énergie, ou le simple fait d’être ici présent, dans cet endroit et en cette heure) aide à changer son état d’esprit pour le reste de la journée. Ainsi votre esprit fera plus facilement un retour sur soi, et sera plus conscient du présent, de votre corps et de son état, de ce qui vous entoure… Si vous arrivez à faire un exercice de méditation avant de faire quoi que ce soit d’autre en vous levant, vous arriverez ainsi à conditionner toute votre journée à être vécue de manière plus consciente.

Grâce à cette conscience du moment présent, vous serez plus à ce que vous faites et serez donc plus concentré, plus attentif.

 

attention, concentration

 

En concentration et méditation, vous êtes comme un équilibriste débutant

 

Cet état de conscience ne sera évidemment pas durable les premiers temps. Cela est très déstabilisant au début car il est possible que vous vous sentiez vraiment bien et détendu juste après, mais qu’à la première contrariété vous replongiez dans l’état dans lequel vous étiez avant la méditation.

Cela peut être pour deux raisons. La première est que cet état de présence à soi et au monde n’est pas quelque chose de naturel pour vous, et comme tout ce qui n’est pas naturel, ça demande un peu d’énergie.

 

funambule, équilibriste

La deuxième est que vous attendez un résultat. Vous espérez que la méditation ait un effet immédiat et durable, comme un médicament. Vous êtes donc content quand vous voyez que ça fonctionne et que vous êtes comme en état de grâce juste après l’exercice, mais vous en oubliez que le monde autour de vous, lui, n’a pas changé. Cette manière de penser vous amène donc à être contrarié comme si vous aviez été trompé lorsque le nuage de bien-être se dissipe, mais ce n’est que votre ego qui parle et refuse de ne pas être au dessus de la réalité. Finalement, vous vous êtes illusionné vous-même en pensant que le but était que les problèmes du quotidien ne vous atteignent plus, alors que le but de la méditation est de ne plus se dérober à la réalité.

Ainsi, comme un équilibriste, vous vous trouvez fier et bienheureux de réussir à tenir sur la corde, et au moment ou votre ego vous déconcentre, vous tombez !

 

Un état qui dure de plus en plus longtemps au fil temps

 

N’ayez crainte cependant, car au fil du temps vous deviendrez de plus en plus doué à ce jeu, même si vous partez de très, très, très loin ! Vous arriverez donc à garder cet état de conscience de plus en plus longtemps à mesure que vous pratiquerez et que vous comprendrez de quoi il s’agit réellement. Et vous saurez mieux de quoi il s’agit à mesure que vous pratiquerez, car on peut discuter mille heures d’une activité, tant qu’on ne la pratique pas notre savoir reste un savoir d’imbécile, sans fondement et sans vie dans notre réalité. Et comme je l’ai écrit un peu plus haut, le but de la méditation est de réconcilier le corps et l’esprit, et donc aussi nos idées et la réalité. 😉

 

joie au travail

 

Laissez-vous le temps

 

Tout cela reste sûrement encore un peu flou pour vous… C’est normal ! Laissez-vous le temps, acceptez de ne pas y arriver au début, respectez votre besoin de temps pour vous améliorer, ayez confiance en votre capacité à vous adapter et vous améliorer, et exercez-vous. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, donc forgez-vous ! 😉

 

prendre le temps, attendre que ça se passe, procrastination

 

Concentration et méditation sont souvent durs au début : comment dépasser les difficultés du débutant

 

Se mettre à la méditation n’est pas non plus si facile, surtout lorsqu’on est du genre à ne pas pouvoir s’arrêter une seconde ! Voici donc quelques astuces et explications pour démarrer plus sereinement cette nouvelle activité.

 

Je n’arrive pas à m’asseoir, j’ai trop mal !

 

Plusieurs personnes m’ont rapporté qu’elles n’arrivaient pas à s’asseoir dans la fameuse position pour méditer. Il y a en fait plusieurs positions d’assises, différentes selon les écoles :

  • en lotus

meditation position lotus

 

  • demi-lotus

comment méditer et pourquoi

 

  • en position birmane

meditation position birmane

  • en zeiza (sur un banc ou sur un zafu (petit coussin de méditation) )

meditation position seisa sur un bancmeditation position seisa sur un zafu (petit coussin de meditation)

 

  • assis sur une chaise

meditation assis sur chaise

 

Selon l’endroit où vous avez essayé ou pris vos informations, on ne vous aura pas préconisé la même assiette. Cela dépend des écoles, de leur philosophie et de leur vision de ce qui est une bonne pratique. Être capable d’accepter une faible douleur et être en accord avec cet état de fait, c’est bien, mais passer une séance de torture à prier pour que ça s’arrête et à ne plus pouvoir se lever après, ça ne sert à rien !

On a tous un corps différent. Et de la même manière que vous ne ferez pas un grand écart dans votre première année de danse (sauf si vous êtes doué et souple naturellement), vous pouvez tout à fait commencer par des positions moins désagréables, et si vous voulez aller plus loin par la suite, vous entraîner à côté à rester progressivement le plus longtemps possible dans la position que vous aimeriez atteindre plus tard.

 

Je gesticule dans tous les sens pendant toute la séance

 

Voyons maintenant quoi faire si vous n’arrivez pas à vous poser et que vous gesticulez dans tous les sens même en ayant essayé dans un dojo. Si cette expérience vous a refroidi mais que vous trouvez cela dommage, la première chose que je peux dire est que pratiquer dans un dojo n’est pour le moment pas la meilleure idée pour vous. Ça viendra peut-être plus tard, mais pour le moment gardez en tête que dans votre salon, vos plantes et votre chat s’en moqueront que vous gesticuliez. Le dernier obstacle sera donc de faire en sorte à ce que vous aussi, vous vous en fichiez !

Rappelez-vous ce que j’ai écris un peu plus haut, l’important n’est pas d’être parfait dès le départ. Vous êtes débutant, et alors ? C’est normal que vous n’y arriviez pas, ça viendra avec le temps et la pratique. En attendant, regardez cette difficulté avec amusement et détachement, ne vous jugez pas, et félicitez-vous allègrement à chaque fois que vous notez un minuscule progrès.

Pensez aussi que votre respiration peut faire beaucoup pour vous si vous l’utilisez bien. Une respiration plus lente, plus profonde et en faisant gonfler d’abord le ventre et ensuite les poumons, vous aidera à vous calmer.

 

concentration et meditation

 

Faire un exercice de concentration sur un objet (physique ou mental comme comptez par exemple) ou une pensée en particulier (un principe du monde, un concept, une émotion, etc.) pourra aussi vous aider au début. Mais attention, pour apprendre à être dans l’instant présent vous ne pouvez pas vous contenter de ces exercices, il faudra ensuite faire des séances de méditation de pleine conscience. J’écrirai très prochainement un article dans lequel j’expliquerai plus en profondeur ce que sont ces exercices et comment les pratiquer.

 

Mes pensées s’emballent quand j’essaie de ne penser à rien

 

La méditation, ce n’est pas ne plus penser. C’est ne pas s’accrocher à ses pensées et ne pas non plus les repousser. C’est les accepter et prendre conscience qu’elles sont là à ce moment précis. C’est aussi prendre conscience de soi, de l’état de son corps autant que de celui de son esprit, de tout ce qui nous entoure, les sons, les odeurs, la lumière, etc. sans pour autant se perdre dans cette prise de conscience. C’est à dire sans se fixer sur les objets de notre prise de conscience, et sans jugement. Par exemple, si pendant une méditation vous entendez les aboiements d’un chien, vous prenez conscience de l’existence du chien. Si vous pensez à ce chien pendant 5 minutes et que vous commencez à cogiter dessus, vous perdez la conscience de tout le reste. Vous êtes emprisonné dans la pensée du chien.

Vous pouvez ainsi faire 2 erreurs. La première est de juger l’existence des aboiements.

 

“Pourquoi ce chien se met-il à aboyer juste quand je me mets à méditer ? Ses maîtres ne pourraient-ils pas l’éduquer ?!”

 

Vous tentez d’aller contre la réalité, vous la jugez et vous vous énervez, au lieu de l’accepter simplement. Le chien est là, l’aboiement existe, c’est tout ce qu’il y a à penser. Votre vie n’est pas en danger, votre intégrité non plus, donc tout va bien.

Au fur et à mesure que vous pratiquerez, tous ces éléments extérieurs à vous deviendront de moins en moins désagréables car vous les accepterez de mieux en mieux. Cela vous servira dans toutes les sphères de votre vie, comme par exemple quand votre fils TDA/H ++ jouera en sifflant et en battant des pieds pendant des heures ! 😉

Revenons à notre chien. Vous pensez à ce chien depuis 5 minutes et vous vous en apercevez. La deuxième erreur que vous pouvez faire est de vous juger vous-même.

 

“Je suis encore parti(e) ailleurs ! Quelle nul(le) ! Je n’y arriverai jamais !”

 

Là encore vous êtes dans le jugement au lieu d’être dans l’acceptation. Oui, vous êtes parti(e) ailleurs, vous n’êtes pas encore bouddha. Quelle découverte ! 😉 Et bien je vais vous apprendre un truc, aucun moine bouddhiste au monde et aucun grand méditant, même les plus forts, n’a encore réussi à ne jamais, jamais partir ailleurs. Et aucun n’est bouddha non plus ! 🙂 Ça va mieux ? (J’en profite pour rappeler que même si la méditation est souvent associée au bouddhisme, elle est pratiquée dans toutes les cultures du monde et y compris en temps qu’activité laïque. Elle est aussi de plus en plus utilisée dans les thérapies cognitivo-comportementales).

Encore une fois je me répète, acceptez d’être débutant(e) et que ça prenne du temps de devenir meilleur, votre pratique deviendra tellement plus sympa et revigorante ! 😉

 

moine qui dort
Ce moine est plus certainement en train de dormir que de méditer… 🙂

 

2 minutes par jour valent mieux qu’une heure par semaine

 

Il y a par contre une chose qui va vous permettre de vous améliorer et qui est une condition sine qua non à vos progrès sur le long terme… c’est pratiquer régulièrement ! Je me répète sûrement un peu sur ce point dans les différents articles qui parlent de méditation, mais c’est parce que c’est vraiment très important que vous le compreniez. Même si vous n’arrivez pas à être régulier(e) dès le départ, ce n’est pas grave, persévérez quand même et ne vous mettez pas la pression à vouloir trop en faire dès le départ. Je pratique moi-même la méditation depuis 2012. Et aujourd’hui encore, je n’arrive pas toujours à être régulière et je revois régulièrement la manière ou les moments que je consacre à la méditation.

Par méditer régulièrement, je ne veux pas dire une fois par mois, ni même une fois par semaine ! Il vaut toujours mieux faire quelques minutes de méditation chaque jour plutôt que faire une séance d’une heure de temps en temps. Ce rituel peut paraître contraignant, mais il fait partie des exercices de base qui aident à réguler le TDA/H. Grâce au calme qu’elle apporte et à la conscience de soi et de ce qui nous entoure, la méditation permet au fil du temps un meilleur contrôle de son corps, de son esprit, et donc de sa vie.

Faites cet exercice ne serait-ce que 5 minutes par jour, ou même 2 minutes chrono, quand vous voulez ! Augmentez le temps par la suite, petit à petit, sans vous brusquer. Pour arriver à maintenir cette habitude, essayez différents moments selon votre état du jour, après avoir fait quelque chose qui vous motive dans ce sens, toujours la même chose (un rituel, donc !). Et si le moment choisi ne vous convient pas, ne restez pas fixé dessus et changez. Vous pouvez aussi noter cette activité dans votre agenda comme tâche récurrente, et mettre un rappel.

 

méditation au lit

 

Personnellement, dans les périodes où je suis en forme je médite au moment de me lever. Je me redresse et avant de faire quoi que ce soit d’autre, je reste là quelques minutes, j’écoute le monde extérieur, je prends conscience de mon corps, de ma respiration, du temps présent… Dans les périodes où je me sens fatiguée, je n’arrive pas à méditer à ce moment-là. Par contre il m’est plus facile de le faire à table devant mon petit déjeuner par exemple, ou à midi avant de me remettre au travail. J’aime bien varier les exercices et les lieux régulièrement pour ne pas me lasser. Mais à vous de voir ce qui vous convient le mieux.

Je reviens très vite avec un article plus pratique sur les différents exercices de méditation. En attendant, si vous êtes pressés de vous y mettre, vous pouvez aller piocher quelques idées d’exercices dans cet article.

Si vous voulez aller plus loin dans la découverte des différentes techniques de concentration, vous êtes libre de télécharger gratuitement mon ebook “Améliorer sa concentration et mieux gérer son temps avec un TDA/H”, qui parle de tous les aspects de l’attention et de tout ce que vous pourriez faire dans votre vie pour mieux la maîtriser (il parle aussi de concentration et méditation et donne quelques exercices). Cet ebook est disponible en bas de chaque article et à droite des pages.

 

Bonne méditation ! 🙂

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.