procrastination

Comment réduire la procrastination malgré le TDAH ?

 

 

Salut mes hyper-lecteurs !

 

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un sujet qui touche beaucoup d’entre nous, et qui est généralement mal interprété par les gens qui nous entourent.

 

“Encore !”

 

Non je ne parle pas des oublis, ni des retards (même si ça les provoque parfois), je parle de la procrastination, ou plutôt d’une certaine forme de procrastination, que l’on appelle la procrastination intelligente ! Tadaaa !

 

“Oui c’était dans le titre en même temps…”

 

La procrastination est l’art de remettre au lendemain. Deux types de procrastination existent, et les deux peuvent se retrouver chez une même personne. Certains les nomment procrastination bête, ou intelligente. La première parce que l’une est provoquée par un besoin d’adrénaline pour débuter la tâche (ou par simple flemme parfois aussi), et n’est donc pas productive. L’autre est provoquée par une incapacité à gérer ses priorités et son organisation selon l’affut des tâches à accomplir et est donc productive. Et je dirais même pour la procrastination intelligente : c’est comment se donner plus de tâches dans une journée qu’il est humainement possible de faire et ne pas faire le truc le plus important.  🙄 Comme nous sommes sur le blog Le TDAH au quotidien, je vais bien sûr parler de la procrastination du point de vue du TDAH, même si évidemment elle existe et peu devenir un problème chez tout le monde. Je ne pense pas que les personnes avec un TDAH sont des maîtres en procrastination, non, je pense que c’est grâce à nous que le concept a été inventé !  😛

On croit souvent à tort que le procrastinateur est un feignant qui ne fera jamais rien de sa vie, qui se laisse aller, ne veut pas faire les choses et ne programme jamais de tâches. FAUX ! Je peux même vous dire que beaucoup des procrastinateurs que j’ai rencontrés sont des gens qui ont un emploi du temps de ministre ! Toujours en train de travailler sur un projet, de faire une recherche, de régler différentes tâches… On a parfois l’impression en tant que procrastinateur que le monde entier s’acharne à nous rajouter des tâches à faire pour nous empêcher de faire le plus important !

 

“AAAAAAH QUELLE IMMONDE DÉVEINE !”

La vie s'acharne à vous faire procrastiner : quelle immonde déveine !

Ace Ventura en Afrique, Ace Ventura

 

 

Curiosité et instant présent

 

Plusieurs éléments peuvent jouer un rôle dans ce problème. La curiosité, l’intérêt pour beaucoup de chose, sont souvent déclencheurs. Mais peut-on nous le reprocher ?! C’est aussi un atout incroyable dans la vie ! Le manque d’attention au présent, par contre, peut amener à ne pas pouvoir gérer toutes les activités programmées. Ben oui, quand on était en train de travailler sur un projet par exemple (sur lequel on est déjà en retard bien sûr !), qu’on a entendu du bruit dehors, qu’on a vu la poignée de la porte d’entrée, qu’on a repensé à un film d’action vu la veille au soir dans lequel on voyait des braqueurs en pleine action, qu’on s’est demandé comment la serrure de la porte était faite et comment s’y prendrait un voleur pour la fracturer, qu’on a commencé à faire des recherches dessus, et que 3 heures plus tard on se retrouve devant chez soi à appliquer des méthodes de fracturation vues sur internet… disons que ça n’aide pas tellement à finir son travail à temps ! (Et là je pense très fort au témoignage d’un jeune homme qui raconte cette anecdote dans un de ses articles que je n’ai pas réussi à retrouver… si quelqu’un connaît le lien…  🙂 ) Je pense que beaucoup se reconnaîtront dans ce portrait du curieux inattentif avec plein d’exemples divers et variés ! D’ailleurs si vous voulez vous aussi partager une anecdote comme ça, n’hésitez pas à la partager en commentaire de cet article.  😉

 

curiosité, inattention, rêverie

 

 

Problèmes d’organisation ou trop de choses à faire ?

 

Une mauvaise organisation peut aussi pas mal plomber l’emploi du temps d’une journée… ou plutôt le “non-emploi du temps” d’une journée ! Mais encore faut-il avoir conscience de son problème d’organisation… Pendant toute ma scolarité on m’a rabâché encore et encore ces mêmes mots : problèmes d’organisation. Ce n’était pas tout à fait faux jusqu’à mes 23 ans, âge auquel je suis retourné dans ma ville natale pour poursuivre mes études. J’ai toujours aimé apprendre la psychologie et ce qu’on appelle aujourd’hui le “développement personnel”. Et j’ai donc beaucoup utilisé dans le passé des méthodes de “feed-back” (dans le sens rétro-information), c’est à dire d’analyse de soi, de ses actions et de leurs causes et conséquences, pour adapter ses actions et réactions futures. Je m’en servais pour régler différents problèmes de ma vie. Ça a souvent marché, et j’ai tenté de résoudre comme cela mes problèmes d’organisation à partir de cette époque. Donc quand,  à l’IUT où je poursuivais mes études, j’ai entendu de nouveau que j’avais des problèmes d’organisation, ça n’a pas manqué de me faire rager ! Mais enfin pourquoi ?! Pourquoi mes difficultés viendraient-elles d’un problème d’organisation ?! Et pour cause ! Pour moi, j’étais devenue la personne la plus organisée du monde ! (Voire de l’univers !) Et c’est vrai que je pouvais passer plusieurs heures par semaine à m’organiser… Je m’organisais beaucoup, mais mal parce qu’il me manquait une clé, pour le moins importante. À cette époque, je n’avais pas encore été diagnostiquée TDAH.

 

trop de taches à faire, mauvaise organisation

 

Le TDAH change la manière dont on doit s’organiser. Les méthodes classiques sont difficiles à suivre pour nous. Maintenant, il faut quand même admettre une chose, les grands curieux et les grands anxieux que nous sommes souvent ont aussi souvent tendance à effectivement avoir beaucoup, beaucoup d’activités dans une semaine (la faute à la curiosité et au besoin d’activités, sûrement !). La peur de l’échec et le perfectionnisme, dus en général à des échecs passés ou/et à un manque de confiance en soi, nous amène à être trop exigeants avec nous même (et avec les autres aussi d’ailleurs). En voulant trop en faire par peur de ne pas faire assez, nous “blindons” littéralement nos journées pour accomplir un maximum de tâches. Nous nous mettons la pression, qui provoque de l’anxiété. Cette anxiété finit par nous bloquer dans le démarrage des tâches les plus importantes ou difficiles (car plus anxiogènes). Et nous finissons par faire le plus de tâches anodines possible avant de commencer l’important, voire de carrément tout zapper dans un accès de curiosité mal placée !

 

“Tiens, dans quel bois est fait mon parquet ? Est-ce vraiment écolo ? Quel est le meilleur produit pour le protéger ? Allons voir sur internet !”  🙄  🙂

 

 

Comment réduire la procrastination

 

Alors après évidemment, oui, tout le monde n’est pas comme ça tout le temps ! La paresse existe, même chez les procrastinateurs. Ce qui compte le plus je pense et la première chose à faire, c’est d’accepter qui on est. On peut vouloir changer, s’améliorer, mais ça ne peut arriver que lorsqu’on est en phase avec soi même, que l’on se connaît, se comprend, et s’apprécie. Pourquoi ? On ne peut pas faire évoluer quelque chose que l’on ne connaît pas. On ne peut pas non plus faire évoluer quelque chose que l’on n’accepte pas, parce qu’elle résistera aussi fort qu’on ne l’accepte pas ! Prenez un élastique, et étirez-le. Vous ressentirez une plus grande résistance à mesure que vous l’étirerez. Le corps et l’esprit sont pareils. En fitness ou en arts martiaux (que je pratique), on sait que quand on étire un muscle, on crée une tension, et il se contracte pour se protéger. C’est ce que l’on appelle le réflexe myotatique. En psychologie le même principe existe.

 

Après avoir découvert le TDAH, j’ai essayé de le combattre en utilisant diverses méthodes. Des conseils de productivité, de PNL (Programmation Neuro-Linguistique), etc. Je voulais réussir à faire comme tout le monde sans me rendre compte que je ne pouvais pas fonctionner comme ça parce que ma tête et mon corps ne sont pas faits pour, tout simplement. Je ne me respectais pas ! C’est seulement quand j’ai réussi à l’accepter et à accepter ma façon de fonctionner, que j’ai pu adapter ma façon de vivre et donc de m’organiser en accord avec qui je suis.

 

 

Mon premier conseil

 

C’est donc mon premier conseil pour réussir à réduire la procrastination et tous les problèmes liés au TDAH. Commencez par accepter votre fonctionnement, et par accepter qu’il ne soit pas dans les normes sociales établies. Ce qui compte c’est que vous soyez bien dans votre vie et dans votre peau, en accord avec vous même. Et vous verrez que les techniques que vous appliquerez par la suite fonctionneront beaucoup mieux.

 

Évidemment, l’acceptation de soi, c’est plus facile à dire qu’à faire ! Je reviendrai donc dans un prochain article sur cette notion et sur celle de confiance en soi, qui est importante pour s’accepter. Mais vous pouvez commencer par relire mon article sur la méditation. Cet exercice permet de travailler sur l’acceptation et le non-jugement. Surtout la méditation zen, que l’on a adaptée en occident en créant la méditation de pleine conscience, utilisée en thérapie cognitivo-comportementale. Cet exercice sera donc très utile.

 

Le philosophe Alexandre Jollien parle aussi très bien de l’acceptation dans son livre Le philosophe nu. Né avec un handicap moteur, il nous confesse son cheminement au travers des enseignements philosophiques de la vie, avec beaucoup d’humour. Son ambition, accepter sa condition et les épreuves que lui réserve Mère Nature ! C’est un livre très facile à lire, et que j’ai vraiment adoré. Évidemment je ne touche pas de royalties sur ce livre,  🙂  mais il m’a permis d’avancer à un moment où j’en avais besoin et je suis sûre que vous pourrez en tirer beaucoup vous aussi.

 

Je n’ai pas parlé de la procrastination due à un besoin de pression ou d’adrénaline pour commencer une action. C’est une cause qui a besoin de conseils différents et que j’aborderai donc dans un autre article. Si j’ai oublié de parler d’une autre cause de la procrastination qui pourrait vous posez problème, n’hésitez pas à me le dire en commentaire tout en bas de cette page, pour que je puisse en reparler dans ce prochain article.  😉

 

Et comme dans notre société, un partage (ou un like) est un vote, si vous avez aimé cet article, cliquez sur le pouce bleu de Facebook ou partagez-le sur le réseau social de votre choix (en haut à gauche de cette page ou tout en bas de cet article) pour m’aider à faire connaître ce blog ! Merci d’avance cher lecteur !  😀

 

 

Références :

  • The Mindfullness Prescription for ADHD, de Lidia Zylowska, MD
  • Le philosophe nu, d’Alexandre Jollien
  • Trois amis en quête de sagesse, d’Alexandre Jollien, Mathieu Ricard et Christophe André
  • Vincent Leroy, psychiatre spécialisé en TCC (Thérapies Cognitivo-Comportementales) et TDAH
  • Alex Levant, entraineur sportif

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    31
    Partages
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire sur “Comment réduire la procrastination malgré le TDAH ?”

  1. Et vous, savez-vous à quoi sont dus vos problèmes de procrastination ? Avez vous trouvé des méthodes qui vous aident ? Qu’est-ce qui vous bloque pour débuter ce que vous avez à faire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.