Apprenons à vivre le TDA/H
comme un atout !

TDA/H et couple : Le quotidien avec une personne ayant un TDA/H

Bonjour à toutes et tous,

Aujourd’hui ce n’est pas Anne qui vous parle mais Marvin, son compagnon (son chéri, l’élu de son cœur, son mec, sa moitié, ou tout autre adjectif ou métaphore qui vous conviendra). Mais pourquoi me direz-vous ? Qu’est-ce que je peux avoir de beau à vous raconter depuis mes deux derniers articles portant sur le sport et la concentration, et les arts martiaux pour augmenter sa concentration ?

Eh bien ! Aujourd’hui je veux vous faire un témoignage de mon quotidien avec une personne ayant un TDA/H, et vous partager mon point de vue et les astuces que nous avons mis en place dans notre couple. Parce qu’il y a quand même des éléments qu’il est pertinent de soulever. 

Avant d’aller plus loin, je tiens à souligner que ces observations me sont propres, de par mon parcours et celui d’Anne. Voici quelques éléments à connaître à mon propos pour mieux comprendre mes remarques. Il paraît vraisemblable que j’ai moi-même une certaine ‘neuroatypie’, cependant je ne me suis jamais fait tester pour en savoir plus. Je suis assez empathique et attentif au bonheur des gens qui m’entourent (ce qui est exacerbé par mon activité d’enseignant). Et il faut ajouter que je suis préparateur mental et coach, ce qui me rend relativement propice à remarquer certains schémas de vie. 

Cependant je ferai en sorte que mes remarques puissent vous être utiles. Tout d’abord vous vous sentirez moins seul si vous aussi vous vivez avec une de ces personnes extraordinaires avec un TDA/H, et vous trouverez des astuces et idées à explorer pour améliorer votre vie de couple. 

Bref, cet article devrait non seulement vous être utile (par exemple en vous permettant de comprendre pourquoi certaines disputes peuvent éclater) mais il peut également servir à vos proches pour mieux vous comprendre, donc n’hésitez pas à le partager au maximum !

Je tiens à souligner que ce dont je parle dans cet article date du début de notre relation, avant qu’Anne ne sache qu’elle a un TDA/H et qu’elle mette en place des stratégies (qu’elle vous partage régulièrement sur Le TDA/H au quotidien ou même par mails).

Maintenant les choses sont différentes, mais ce qui m’intéresse dans cet article c’est d’aborder les choses qui m’ont marqué lorsqu’on s’est mis en couple.

Bien entendu, au-delà du côté TDA/H il y a également la personnalité de chacun qui entre en jeu et il faut le prendre en considération (et il est parfois complexe de définir la frontière entre un trait de personnalité et le TDA/H en lui-même). Enfin, si nous sommes ensemble depuis maintenant 10 ans, c’est que ces traits m’ont plus séduit que fait fuir, donc, si vous vous reconnaissez dans ces éléments et qu’il est difficile pour vous d’établir une relation de couple durable, restez patient (et travaillez sur certains aspects qui vous dérange personnellement dans votre vie quotidienne).

Sommaire

TDA/H et couple : Le quotidien avec une personne qui a un TDA/H, qu’est-ce que ça change ?

Le temps

Si vous lisez cet article je pense que je ne vous apprends rien, mais les Hypers ont un problème avec le temps.

Parfois 1 minute est égale à 1 heure pour eux et parfois il s’est passé 1 heure et ils ont l’impression que seulement 15 minutes se sont écoulées. Le nombre de fois où l’on est arrivés en retard aux dîners avec des amis ou aux cours d’arts martiaux par exemple, parce que “j’arrive dans 5 minutes”, mais que je n’avais pas compris que nous n’avions pas les mêmes minutes !…

retard, échéances, courir partout

Avant d’aller plus loin, je suis conscient que la perception du temps est subjective. Une personne qui sera en train de se faire masser trouvera une demi-heure bien trop courte, alors que si on demande à cette même personne de rester en position de gainage pendant 5 minutes elle risquera de trouver le temps long. Mais avec un TDA/H cela est totalement exacerbé. Cela peut arriver sans relation de plaisir et déplaisir, mais seulement par un manque de conscience du temps qui s’écoule. Anne pouvait passer 1 heure dans la salle de bain, alors que le lendemain, pour faire exactement les mêmes actions elle prenait 30 minutes (je parle au passé car depuis qu’elle a mis certaines astuces, elle gère bien mieux ce problème). 

La plupart des gens arrivent à avoir une certaine conscience du temps qui s’est écoulé lors d’une action, alors que certaines personnes atteintes du Trouble du Déficit d’Attention avec ou sans Hyperactivité, peuvent avoir de vraies difficultés à intégrer cette notion. C’est vraiment la première chose qui m’a marqué lorsque notre histoire a commencé. 

Les moins de ce point : si, comme moi, vous êtes sensible au stress provoqué par un retard, alors il va falloir apprendre à gérer vos émotions !

Les plus de ce point : j’ai appris à prendre le temps, à ne pas toujours vouloir tout réaliser rapidement, simplement profiter de l’instant présent et se détacher de “l’après”.

Une communication différente

Lorsque vous répétez trois fois la même chose et que la personne n’entend pas la fin de votre phrase par manque de concentration, cela peut donner la sensation de ne pas être écouté. Et si vous vivez avec une personne ayant un TDA/H vous savez que cela arrive fréquemment, lorsqu’elle est fatiguée ou qu’elle a l’esprit préoccupé.

J’ai noté deux façons dont cela se manifeste dans notre couple : 

  • Je demande à Anne de faire une action et elle répond “oui” machinalement, mais n’agit pas
  • Je lui parle et elle n’arrive pas à suivre ce que je lui dis (à sa décharge il faut également noter que je parle très vite)

La communication est le ciment d’une relation, qu’elle soit amicale, amoureuse ou même plus superficielle, il est complexe de créer un lien sans communication. Bien entendu il y a des alternatives pour la renforcer (comme vivre des expériences uniques et fortes ensemble)

Encore une fois ce manque d’attention peut arriver à n’importe qui, mais il est beaucoup plus fréquent chez ceux atteints de ce trouble.

Les moins de ce point : cela peut générer de la frustration si l’on a le sentiment de ne pas être écouté. 

Les plus de ce point : on apprend à installer une communication de qualité et à avoir des moments pour discuter avec attention. 

L’organisation

Une autre différence que j’ai remarqué lorsque nous avons emménagé ensemble est l’organisation. On a tous des repères que l’on n’aime pas changer sans raison. Ces repères peuvent être physiques ou même immatériels (comme le rituel du coucher ou les actions prévues dans une journée). Mais avec Anne cela a immédiatement pris une dimension bien plus importante. 

astuces pour se rappeler de tout spécial TDAH

Si je ne range pas quelque chose à sa place, ou si la place de l’objet ne me convient pas et que je veux en changer, cela devient rapidement une source de stress pour elle. Si l’objet n’est pas à sa place logique pour Anne, elle va avoir des difficultés à passer au-delà. Si je lui apporte des arguments qui lui semblent cohérents elle accepte le changement, mais si ce n’est pas le cas alors cela peut devenir problématique. Plus cela aura un impact sur son organisation, plus il y a de chances que cela soit difficile pour elle.

Jusque là, vous me direz que c’est le cas pour tout le monde. Mais si je vous dis que parfois un élément minime peut avoir des conséquences importantes. Par exemple, savoir qu’elle a une tâche différente à faire dans sa routine du matin peut suffisamment la stresser pour la rendre moins productive le reste de la journée. Ou alors, le fait de ne pas avoir utilisé l’outil parfait pour faire son thé peut lui gâcher le goût de celui-ci. 

Encore une fois, elle a beaucoup évolué et elle vous donne de nombreux conseils pour y arriver également, notamment dans sa newsletter que je lis moi-même. Je vous invite vivement à rejoindre ses abonnés. 

De plus, dans cette organisation entre en ligne de compte le principe de priorisation. Par exemple, si pour elle il faut terminer la tâche A pour pouvoir débuter la tâche B, on ne pourra pas commencer la tâche B car cela serait comme ne pas suivre l’ordre logique et cela n’aurait pas de sens. Même si la tâche B est très urgente. 

Les moins de ce point : on peut avoir la sensation que l’organisation nous échappe.

Les plus de ce point : on apprend à construire une organisation commune, mais surtout à exprimer ses besoins et écouter ceux de l’autre.

Les niveaux d’énergie et de motivation

Lorsque nous avons emménagé ensemble, elle terminait ses études d’audiovisuel et elle avait appris quelques temps auparavant qu’elle avait un TDA/H. Une période charnière pour elle, durant laquelle elle s’est remise en question et elle a pris le temps de réfléchir aux valeurs qui la guidaient. 

Après quoi elle s’est lancée dans l’aventure du blogging, et elle s’est formée sur le TDA/H. Et j’ai alors appris que je n’étais pas le seul à connaître de gros pics de motivation durant lesquels je peux travailler pendant une dizaine d’heures tous les jours, et d’autres périodes où la moindre tâche me coûte une énergie énorme

Les fluctuations de motivation sont normales, mais avoir de très grosses différences d’énergie n’est pas une chose positive. Car, lorsque vous êtes en plein pic vous allez prévoir de nombreuses choses, mais lorsque ce pic sera passé il vous sera plus difficile de suivre le rythme que vous vous êtes imposé et vous ne pourrez pas tenir vos engagements. De plus, vous passerez pour une personne peu fiable et vous prioriserez vos tâches en fonction des autres plutôt qu’en fonction de ce que vous avez vraiment besoin de faire pour progresser.

Par exemple, Anne acceptait d’aider gratuitement tous ses proches sur leurs projets audiovisuels. Lorsqu’elle était pleine de motivation cela ne posait aucun problème, mais dès que celle-ci était en berne… catastrophe ! Elle était obligée de focaliser son temps d’action sur les autres plutôt que sur ses projets, car elle avait pris des engagements. 

Cette différence de motivation dans le couple peut également donner une impression d’éloignement. Comme la personne avec qui l’on est a peu d’énergie et qu’elle le consacre aux autres, on a l’impression de passer après tout le monde car elle n’a plus la force de passer un moment avec nous. 

Les moins de ce point : on peut parfois avoir l’impression de ne pas partager assez de choses, de manquer d’énergie pour faire certaines activités.

Les plus de ce point : on apprend à gérer son énergie, et à écouter son corps et sa motivation. Cela nous a aussi poussés à organiser des évènements pour faire des choses ensemble. 

TDA/H et couple : L’impact que cela a eu de vivre avec quelqu’un ayant un TDA/H, et les astuces que j’ai mises en place

La gestion des rendez-vous

La première chose qu’il a fallu que l’on apprenne à faire, c’est de gérer les rendez-vous, qu’ils soient avec des amis, de la famille ou pour d’autres personnes.

En effet, si certains ne prêtent pas attention à l’heure à laquelle vous arrivez, d’autres auront des réticences à faire des activités avec vous si vous êtes systématiquement en retard. De plus, les rendez-vous administratifs ou médicaux apprécient la ponctualité.

Ma nouvelle montre

Il a donc fallu que l’on mette en place un système pour être à l’heure. Il est composé de plusieurs éléments comme : 

  • Mettre une sonnerie en avance
  • Prévoir des retards à chaque étape
  • Prévoir de partir plus tôt que nécessaire
  • Etc.

J’avoue qu’il m’arrive également de lui dire que le rendez-vous est plus tôt que ce qu’il est réellement, afin d’avoir une marge supplémentaire. Cependant je ne le fais pas à chaque fois, sinon elle anticiperait mon avance et prendrait plus de temps. 

Anne : “J’en étais sûre !”

À cela s’ajoutent des stratégies qu’elle utilise personnellement. Elle vous en parle plus en profondeur dans certains articles comme : 

Si, en premier lieu, cela a été très difficile pour moi à vivre, aujourd’hui ce n’est pour moi qu’une façon de faire différente et cette organisation ne me pose plus aucun problème. Il a fallu que l’on trouve notre façon de procéder, qui nous convient tout à fait. Et si les amis ont commencé l’apéro sans nous ce n’est pas très grave, ils nous gardent un verre au frais ! 😉

La spontanéité

Lorsque tout est organisé à l’avance cela laisse peu de temps à la spontanéité. Et je ne vous cache pas que je suis quelqu’un de très spontané, j’aime surprendre, me laisser porter, et parfois chambouler totalement mon emploi du temps pour faire quelque chose sur un coup de tête. 

Et si on n’avait pas trouvé un terrain d’entente, je pense que notre vie de couple aurait été très difficile. Mais, fort heureusement, nous avons trouvé un équilibre pour réussir à garder une organisation stable tout en ayant une certaine spontanéité.

Par exemple, on se garde régulièrement des créneaux horaires pour avoir des activités ensemble, sans pour autant prévoir, ou en se donnant la possibilité de changer d’activité. Il y a aussi le fait que, si j’en ai vraiment envie, je peux lui dire que j’aimerais qu’on change les plans, et elle essaie de s’en accommoder. Bien entendu je n’en abuse pas, mon objectif n’est pas de la perturber outre mesure.

Voici un exemple de choses que je peux faire. On a prévu de travailler chacun de notre côté à la rédaction d’articles. Je lui propose qu’on le fasse en extérieur dans un cadre sympathique. On va peut-être perdre au total 30 minutes en déplacement, mais cette simple action peut nous faire du bien à tous les deux (travailler depuis son domicile a bien des avantages, mais c’est parfois quelque chose de limitant). 

Anne : " Et l’effet de nouveauté augmente l’attention et la motivation, donc aussi la productivité ! " 🙂

Une communication active

S’il y a un point qui a été difficile à intégrer et qui a créé de nombreux conflits, c’est bien  celui-ci.

Parfois elle répondait “Oui, oui” machinalement à ce que je lui disais, sans vraiment porter attention à ce que je lui exprimais. Puis, deux heures plus tard, lorsque je revenais et lui demandais si elle avait fait ce que je lui avais demandé, j’avais des réponses comme “Qu’est-ce que tu m’as demandé ?”. Et, s’il s’agit du repas, cela peut avoir des conséquences énormes ! (On ne rigole pas avec la nourriture, non mais !)

On a donc pris plusieurs habitudes pour être certains que l’information est bien passée lorsque j’ai le moindre doute. Voici deux actions que l’on a mises en place et qui nous aident beaucoup : 

  • Demander de répéter l’information
  • Demander de noter l’information

Cela peut sembler anodin, ou infantilisant, mais c’est la certitude que l’on a bien été entendu. 

Lorsqu’il s’agit de communication plus personnelle, sentimentale, il ne sert à rien de demander à l’autre de noter ce que vous lui dites, ni même de répéter l’information. Nous essayons plutôt de demander ce que l’autre a perçu de nous dans telle ou telle situation.

Par exemple  :

– Lorsqu’il s’est passé ça, j’étais en colère, je me sentais frustré, et toi comment est-ce que tu m’as vu ?

– Moi j’ai cru comprendre que tu étais en colère parce que tu parlais fort et que tu bougeais dans tous les sens. Ça m’a rendu triste parce que je me sentais inutile, je n’arrivais pas à te rassurer.

– Oui j’ai bien vu que tu n’allais pas très bien, tu avais les larmes aux yeux et tu n’arrivais pas à parler correctement.

De cette façon, nous sommes certains que l’autre porte attention à ce que nous lui disons, et nous lui exprimons ce que nous ressentons également. Cela nous a permis de désamorcer bien des conflits.

L’expression des besoins

Un point particulier concernant la communication est celui des besoins. Ce point n’est pas propre au TDA/H, cependant, les besoins de chacun sont différents, et peuvent varier en fonction des moments, de l’activité, de l’humeur, etc.

Nous avons donc pris l’habitude de nous exprimer clairement sur nos besoins et la façon dont l’autre peut nous aider à les compléter. Cela est vraiment très important pour nous, car l’autre est un pilier sur lequel on peut s’appuyer pour vivre mieux, même si l’on est tout à fait capable de satisfaire nos besoins de manière autonome.

Le cycle positif

Enfin, ce que je tiens à souligner, c’est que le fait qu’Anne ait un TDA/H a été une vraie force pour nous. Si l’on y regarde de plus près, chacun des points que j’ai abordés précédemment (et ceux que j’aborderai plus bas), peut être utile à un couple tout à fait classique. 

Ce que le TDA/H nous a apporté c’est le besoin de mieux communiquer et mieux se comprendre, il nous a forcés à bâtir une relation de qualité, et je pense sincèrement que c’est quelque chose qui a renforcé notre couple. Certes, il nous a peut-être fallu plus de temps que d’autres pour trouver notre équilibre, mais nous sommes maintenant capables de réajuster nos comportements afin d’améliorer notre relation. 

De plus, au quotidien, les choses qu’Anne a pu mettre en place me sont utiles également. Pour ne prendre qu’un exemple, elle a mis en place des routines d’apprentissage et de travail régulières, et le fait de voir l’autre s’impliquer nous donne envie de faire la même chose. Ainsi, lorsqu’un des deux a une baisse de motivation, l’autre sert de locomotive pour l’aider à passer à l’action. Et si les deux sont à plat, c’est qu’il est peut-être temps de laisser place à un peu de spontanéité. 😉

TDA/H et couple : Les conseils que j’aurai aimé recevoir

Dans cette partie, vous trouverez des conseils qui auraient pu nous éviter quelques disputes.

Stresser Anne ne te servira à rien

Au début, lorsqu’elle était en retard, ou qu’elle n’arrivait pas à comprendre quelque chose que je lui expliquais, j’avais tendance à avoir une attitude un peu (doux euphémisme) oppressante. Résultat ? Elle stressait et j’obtenais le résultat inverse. 

Je viens d’une famille où l’on use du stress comme d’une force, être mis sous pression ne limite pas nos capacités en règle générale. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, le stress peut complètement limiter la capacité d’écoute. Et si la personne a en plus un TDA/H avec de grosses difficultés à gérer son attention, elle peut complètement se bloquer. 

Au contraire, il vaut mieux essayer de la rassurer. Par exemple :

« Le temps que tu finisses de te préparer je m’occupe de charger la voiture et je ferme la maison. Tu veux que je te sorte ton manteau ? »

Vous lui proposez des solutions. Cependant, attention à ne pas surcharger l’autre d’informations, ce qui pourrait le ralentir dans sa préparation. 

De plus, il est important que la personne soit détendue pour vous écouter lorsque vous communiquez avec elle. Par exemple, si j’essaie de vous expliquer comment fonctionne la circulation de l’information dans le cerveau alors que vous êtes préoccupé par le fait d’arriver à l’heure pour récupérer vos enfants à la garderie, vous n’allez pas du tout enregistrer l’information que je vous donne. Mais, si en plus vous avez un TDA/H, vous avez de fortes chances de ne même pas pouvoir écouter ce que je vous dis. Votre cerveau sera en train de faire tout un plan pour arriver à l’heure, en pensant au meilleur itinéraire, aux problèmes pour se garer, etc.. 

Bien entendu, vous pouvez étendre cela à n’importe quelle communication de la vie courante.

Sois au clair avec toi-même

Lorsqu’on crée une relation de couple profonde, on finit par projeter aux yeux du monde une sorte d’entité : “le couple”. Ainsi, si l’un des deux est grossier, ce n’est pas lui qui l’est, mais le couple. Ou alors s’il y en a un qui est toujours en retard, alors… De plus, si l’on critique de façon malveillante une personne que vous aimez, vous vous sentirez également blessé. 

Vous voyez où je veux en venir ? Si vous lisez ce blog, vous êtes touchés de près ou de loin par la ‘neuroatypie’, et vous avez certainement senti le regard des autres poser un jugement sur vous. En tout cas au début cela a été mon cas. Notamment à cause du retard ou du côté “dans la lune” d’Anne. 

Et au départ, j’ai eu du mal à comprendre pourquoi cela m’atteignait. Puis j’ai compris que c’est parce que je n’étais pas au clair avec mes valeurs. Pour moi la tolérance (le fait d’accepter que l’autre soit différent de soi) est une valeur extrêmement importante. Or, ces personnes qui parlaient mal de notre couple ou de ses différences n’étaient pas du tout tolérantes, et elles entraient en conflit avec mes valeurs.

Le résultat a été immédiat, je leur ai simplement expliqué que ces personnes pouvaient penser ce qu’elles voulaient, mais que si elles devaient manifester leur mécontentement de cette façon il faudrait mettre un terme à notre relation.

Cela peut sembler étrange, mais en me mettant au clair avec ce qui était vraiment important pour moi j’ai beaucoup plus facilement accepté les différences de notre couple par rapports aux normes.

Apprends à exprimer tes besoins et tes envies clairement

Les besoins sont extrêmement importants pour l’épanouissement personnel et celui du couple. Encore faut-il être capable de les identifier et de savoir comment y répondre (si vous ressentez des difficultés pour cela, Anne et moi-même sommes coachs et pouvons vous offrir notre aide, soit en échangeant en commentaire sous cet article, soit en coaching si votre demande est plus profonde). 

Mais une fois que vous savez faire la différence entre ce qui est nécessaire pour vous (un besoin) et ce qui vous fait plaisir mais qui n’est pas nécessaire, encore faut-il savoir l’exprimer clairement. C’est à chaque couple de trouver la formule qui lui convient, mais partager régulièrement sur ce point vous permettra de vous entraider et de renforcer votre relation. 

Si j’avais réussi à mieux exprimer cela au début de notre relation, je pense que l’on aurait clairement évité de nombreux problèmes et conflits.

Cet article touche à sa fin, comme d’habitude, si vous en aimez le contenu, si vous le trouvez utile, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux.

À très vite !

Marvin Vega, Corps & Esprit Martial

Article corrigé par Henri-Pierre Juguet : hpj.correction.redaction@gmail.com

Avez-vous besoin d'un accompagment plus poussé pour progresser ?

J'ouvre une nouvelle session du Programme de groupe TDA/H Adulte en mars 2024 !

Partager l'article :
Facebook
Twitter
LinkedIn

5 commentaires sur “TDA/H et couple : Le quotidien avec une personne ayant un TDA/H”

  1. Merci Marvin et Anne <3
    tout ça me parle bien 🙂 et me rassure, encore et encore, j'ai besoin d'entendre les bizarreries des autres pour ne pas me sentir seule 😉

    1. Merci pour ton retour Fanny 😉
      Oui c’est rassurant de se rendre compte que nos difficultés sont partagées par d’autres, on peut en discuter, partager, … et trouver des stratégies pour améliorer le quotidien à deux ! 🙂

  2. Merci pour ton retour sur la vision de votre couple.
    Moi même, je vis avec ma copine ayant un tdah et chacun de tes paraphes est tellement véridique. Que ce soit au niveau du temps, la gestion du stress et de sa motivation pour moi au début c’était ses petites bizarreries que j’appréciais beaucoup chez elle car cela l’a définie. Le plus important de savoir et comprendre ses ressentis et sa perception du monde. Et c’est ça qui est génial quand on vit avec une telle personne, c’est de pouvoir apprécier le monde sous différents point de vue !
    La communication est vraiment essentielle comme vous le dites au sein du couple !

    1. Merci pour ton retour Victorien, oui la communication est souvent ce qui fait la différence dans un couple. On a tous des particularités, des qualités et défauts. On dit souvent qu’on apprécie une personne pour ses qualités, mais qu’on l’aime pour ses défauts…
      Et comme une personne sans défauts n’existe pas, quand on se met en couple c’est important de se demander : Est-ce que ses défauts sont ce qui fait que je l’aime ? Est-ce que c’est le type de défauts que j’aime ou qui est OK pour moi ?
      Pour le reste, tout est question de communication bienveillante. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez votre

e-book offert

+ le podcast

Et découvrez comment :


- Ne plus être submergé par le quotidien 


- Augmenter votre gestion du temps
, votre concentration et la gestion de votre énergie

 

 

Votre adresse email ne sera ni cédée ni revendue. Vous recevrez mes contenus, offres commerciales et autres conseils pour vous aider à faire de votre TDA/H un atout. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Suivez-moi sur ...
Regardez aussi
D'autres sites qui pourraient vous intéresser
Suivez le blog sur sa page Facebook ! :)

Bonjour,

Je suis Anne Juguet, coach de vie et diagnostiquée TDA/H ! Passionnée de psychologie, de neurologie, de développement personnel et de techniques d’apprentissage et de coaching, j’étudie ces différents domaines au travers du prisme du TDA/H et de ses troubles associés.

Si vous êtes hyperactif, hypoactif, inattentif, impulsif, hypersensible ou hyper-émotif, et que vous voulez améliorer votre qualité de vie, je vous montrerai sur ce site comment j’ai fait et vous ouvrirai la voie pour que vous puissiez vous aussi vivre vos particularités comme autant d’atouts dans votre vie !

Articles Similaires