Apprenons à vivre le TDA/H
comme un atout !

Comment savoir si on a un TDAH ou non ?

Salut mes hyper-lecteurs ! 😉

Aujourd’hui je voudrais revenir sur un point qui n’est pas très clair pour beaucoup de gens qui découvrent l’existence du TDA/H.

Vieille dame qui tricote

– QUOI ?! Tout le monde ne connait pas encore ce trouble sur le bout des doigts ?!

Anne Juguet TDAH

– Et bien non ma chère Simone

Quand je parle de TDA/H, d’hyperactivité, d’inattention ou d’impulsivité, la plupart des gens se sentent assez concernés par le problème et m’avouent qu’ils ont eux aussi quelques problèmes d’inattention, ou qu’ils sont hyperactifs (c’est à dire “hyper actifs” dans leur vie). Souvent, une de leurs premières questions est : comment savoir si on a un TDAH ou non ?

Effectivement, il faut bien faire attention quand on parle de TDA/H, car c’est un trouble qui réunit plusieurs conditions. Être une personne très active dans la vie ou être tête en l’air ne veut pas dire que l’on est concerné… d’où cette question légitime ! 🙂

Quand on suspecte un trouble d’hyperactivité ou de la concentration :

Si vous avez des enfants, il est fort possible que vous découvriez votre TDA/H en même temps que vous découvriez le leur. Sinon, cette particularité peut être beaucoup plus longue à être détectée.

  • Hyperactifs dans la vie, vous êtes incapable de vous poser trop longtemps. Ou bien vous vivez régulièrement des périodes de grande fatigue ou de démotivation.
  • Vous êtes une personne que l’on juge extrême, qui peut littéralement monter sur ses grands chevaux et partir en croisade lorsqu’on aborde un sujet sensible.
  • Le mot « organisation » est pour vous un gros mot, ou bien vous passez des heures à vous organiser mais vous oubliez toujours tout ou ne faites pas attention à l’essentiel et on vous tague de tête de linotte, de personne absolument pas organisée.
  • Toujours en retard, on ne vous voit jamais marcher dans la rue tellement vous courez toujours partout. Ou alors vous êtes si crispé(e) à l’idée d’être en retard quelque part que vous partez toujours une demi-heure avant l’heure et que vous vous sentez en retard et angoissé(e) si vous avez moins de 10 minutes d’avance !

Beaucoup de problèmes très divers, voire contradictoires, peuvent vous amener à penser qu’il y a un problème plus grave que le simple trait de caractère. Mais est-ce pour autant un TDA/H ? Ou bien autre chose ?

Comment savoir si on un TDA/H ou non ?

À quel moment a-t-on affaire à un TDA/H ?

Pour faire simple, si vous êtes une personne très très inattentive, hyperactive, hyper-émotive ou impulsive (et souvent plusieurs à la fois), cela de manière assez extrême pour provoquer des dégâts et des handicaps dans différents domaines de votre vie, et que cela dure depuis votre enfance, il y a de fortes chances pour que vous ayez effectivement un TDA/H. 🙂 Dans ce cas, une première chose que vous pouvez faire est de vous auto-évaluer. Il existe des tests sous forme de questionnaires que vous pouvez vous procurer sur internet et qui sont aussi donnés par les spécialistes lors des premiers entretiens :

  • le test DIVA 2.0 qui est pour moi le plus complet
  • le test ASRS v1.1 qui est plus concis pour un test rapide (mais je trouve l’autre beaucoup plus à même de nous donner de bonnes indications pour le diagnostic)

Ces premiers tests pourront vous donner une idée de l’ampleur du phénomène, ce qui vous indiquera si vous devez ou non aller plus loin dans votre démarche. Si c’est le cas, vous avez plusieurs possibilités selon l’importance des symptômes et selon votre personnalité.

Les différentes démarches pour un TDA/H :

La première démarche à effectuer est d’aller voir un psychiatre qui connaît le TDA/H. C’est peut-être la partie la plus longue pour un diagnostic, car ils sont peu nombreux à connaître (voir à reconnaître) cette particularité et ils sont pris d’assaut par un nombre très important de personnes en demande. Pour faciliter votre démarche, voici deux articles qui vous détaillent un peu plus comment accomplir cette première mission !

Après avoir rencontré un professionnel qui vous aura diagnostiqué un TDA/H, vous pourrez faire le choix de différents types de thérapies, voire de la médication quand rien d’autre n’aura marché (ou si vous ne voulez tout simplement pas tenter autre chose !) 🙂 Les thérapies classiques sont détaillées dans les deux articles cités ci-dessus. Pour la médication, votre psychiatre vous demandera peut-être d’aller voir un neuropsychologue pour faire un bilan neuro-psychologique. Attention, seul un thérapeute hospitalier peut faire une première prescription de médicament, qui pourra être ensuite renouvelée pendant 1 an par votre médecin de famille ! Enfin, pour toutes les thérapies alternatives, voici un article qui détaille toutes les thérapies adaptées au TDA/H.

Si vous avez une question concernant toutes ces démarches ou sur les différents symptômes du TDA/H, écrivez-les moi en commentaire (en bas de cette page) et j’y répondrai avec plaisir. 🙂

Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur le pouce bleu de Facebook ou partagez-le sur le réseau social de votre choix (en haut à gauche de la page ou tout en bas de cet article) pour m’aider à faire connaître ce blog ! Merci d’avance cher lecteur ! 😉

Anne Juguet TDAH

Prenez soin de vous, et à très bientôt !
Anne Juguet, Le TDAH au quotidien

Article corrigé par Henri-Pierre Juguet : hpj.correction.redaction@gmail.com

Partager l'article :
Facebook
Twitter
LinkedIn

12 commentaires sur “Comment savoir si on a un TDAH ou non ?”

    1. Bonjour,
      Merci pour ce blog vraiment instructif et plaisant à lire !
      C’est une amie qui m’a mise sur la piste du tdha, en lisant un article dans une revue elle a pensé à moi.
      Je n’aurais jamais spontanément eu cette idée. Depuis toujours je sais que j’ais un truc
      « particulier » avec de grandes forces et de grandes faiblesses souvent handicapant.
      Des années durant j’ai cherché sans relâche ce truc qui « cloche » sans jamais arriver à mettre le doigt dessus et passant en partie à côté de ma vie sentimentale et professionnelle.
      Et là en lisant vos articles je me retrouve complètement dans les – et les +!!!
      On m’a diagnostiqué une douance il y a quelques années mais je ne me suis jamais vraiment reconnue dans les portraits de surdoués, et mon QI, bien que très honorable, est de 120 et non de 130.
      Je me reconnais par contre complètement dans le portrait que vous faites du tdha.
      Hors il semblerait qu’il existe de nombreuses similitudes entres ces 2 caractéristiques neurologiques.
      Les présentations étant faites 🙂 voici mes questions :
      Est il préférable de voir un neurologue ou un psychiatre pour se faire diagnostiquer ? d’instinct je penche pour le neurologue … quel a été votre cas ?
      Quels traitements avez vous mit en place ? ont ils été efficaces ?
      Quel est votre métier ? 😉
      Merci pour vos réponses !

      1. Bonjour Manue, merci pour ton commentaire ! 🙂 En effet il y a beaucoup de similitudes entre TDA/H et THPI. Il y a aussi une forte comorbidité entre les deux, c’est à dire que par rapport à la moyenne du reste de la population, beaucoup de personnes qui ont l’un ont aussi l’autre. En ce qui concerne les tests de QI, les résultats varient en fonction de notre état physique et psychique du moment, et il n’est pas rare que les résultats soient plus bas que ce qu’on pourrait faire lorsque l’on a un TDA/H avec une forte inattention.
        Pour répondre à tes questions, il est préférable selon moi d’aller voir un psychiatre comportementaliste spécialisé en TCC (Thérapies Cognitivo-Comportementales) et spécialisé en TDA/H. Un neurologue ne pourra pas faire un diagnostic complet. Par contre vu qu’il est en général hospitalier il pourra vous donner un traitement médicamenteux si vous le lui demandez (seuls les hospitaliers peuvent prescrire ces médicaments). Mais il vaut mieux aller voir le psychiatre en premier et voir ensemble ce qui vous conviendrait le mieux en fonction de votre diagnostic. Comme ils sont plus rares et très demandés vous trouverez peut-être difficilement un spécialiste, le plus important est que votre praticien connaisse le TDA/H. Si cela vous intéresse, je raconte mon histoire dans mon article Une petite histoire et un défi. Attention au piège de certains types de psychiatres, lisez cet article pour avoir une idée plus complète de ce que vous pouvez faire. La TCC m’a personnellement énormément apporté. Elle s’adapte à chaque personne car on travaille de manière concrète sur nos problèmes particuliers en mettant en place des stratégies et des exercices pour atteindre un but qu’on se fixe à chaque séance. Mon métier premier est réalisatrice indépendante (entre autres). Aujourd’hui je suis blogueuse, je fais des recherches depuis plusieurs années maintenant sur le TDA/H et tout ce qui l’entoure, la santé, le corps, etc. et je partage ce que je trouve avec vous. 🙂 Et je me forme petit à petit aux métiers du coaching, spécialisé en TDA/H et personnes atypiques. Bonne journée à vous et à très bientôt j’espère !

      2. Je ne sais pas trop par où commencer. Je voulais vous remercier infiniment pour ce blog. Je sens qu’il va littéralement me sauver la vie. J’ai entendu parlé du TDAH il y a longtemps sans tellement m’y intéresser vraiment. J’avoue avoir eu beaucoup d’idées reçues sur ce «trouble». Comme beaucoup, j’ai même cru que c’était un truc d’enfant mal élevé avec des parents un peu trop facile lol. Aujourd’hui, cet enfant ou plus exactement cette adulte, c’est moi.

        Il y a de cela quelques mois, j’étais dans un état similaire à aujourd’hui, voir pire. Et je ne sais trop comment, comme un déclic, je suis allée taper TDAH pour la première fois sur Google et j’ai commencé à lire tout ce que j’ai pu trouver sur le sujet. Peut être que j’ai du voir passer un post sur les réseaux sociaux qui parlait des symptômes m’a sans doute fait avoir ce déclic. Je ne sais pas…

        Au bout de quelques articles, je me suis effondrée. Pour la première fois de ma vie, j’ai eu le sentiment d’être enfin normale et d’enfin avoir des explications sur mes comportements d’enfance et aussi d’adulte.
        Cette hyperactivité qui m’a toujours caractérisée. Ma tête qui ne s’arrête pas. Ces oublis fréquents, cette intention qui me fait toujours oublier les clés sur le volant de ma voiture…Tellement de choses semblaient évidentes. Enfin, je pouvais m’autoriser à être moins dure avec moi même. Tout n’était peut-être pas de ma faute finalement.
        J’ai poursuivi mes recherches comme je le fais encore aujourd’hui. Au fond de moi, je pense que j’ai un TDAH, mais le doute demeure. Je me dis que c’est sans doute un biais de confirmation qui ne fera que s’intensifier avec tous ces recherches.
        Peut être, que je me cherche des excuses au lieu de «simplement» me bouger et reprendre la main sur ma vie ( lol, je pense ne l’avoir jamais eu d’ailleurs ). Un sentiment d’illegimité demeure. Il risque tout de même de ne jamais disparaître. En effet, je vis dans un pays où je ne rêve même pas d’un quelconque diagnostic sur ce sujet en particulier. Le Mali, comme beaucoup de pays africains sont pas très ouverts sur tout ce qui touche à ces qui questions là. C’est pourquoi je n’ai parlé de mes doutes qu’à meilleures amies. Ma famille comprendrait pas.
        En vérité, je n’en cherche même pas. Je me contente de me documenter le plus possible sur le TDAH et essayer par moi même de trouver des astuces pour m’aider. Merci encore pour ce blog ♥️

        Mais je suis aussi épuisée. J’ai 25 ans et je viens de commencer un nouveau boulot. C’est une magnifique opportunité pour ma carrière et tiens énormément à ma vie professionnelle. Mais rien ne va malheureusement. Je n’ai jamais su m’organiser de toute ma vie et cela accentue mon stress avec . J’ai aussi du mal à me motiver et faire les tâches qui s’imposent, surtout que je suis complètement hors de ma zone de confort. Ce nouveau boulot est en total décalage de ma formation initiale et ce n’est pas spécialement un souci, si j’arrivais à prendre le dessus sur tout ça.

        Aujourd’hui spécialement, je me sens au bord du gouffre. J’espère vraiment que votre blog sera mon élixir de vie.

        Merci d’avoir pris le temps de me lire. ♥️

    2. Bonjour,
      Pensez-vous qu’un IRM soit utile au diagnostic du TDA/H ? J’ai, en effet, consulté mon médecin généraliste pour lui parler de ce trouble ayant de gros problèmes d’attention, mémoire immédiate, procrastination, organisation etc… Il m’a prescrit un IRM mais ne m’a en aucun cas parlé de psy.
      Merci pour votre article.

      1. Bonjour Angélique,
        Non un IRM ne peut pas vous aider dans le diagnostique d’un TDA/H, seul un psychiatre qui connait le TDA/H peut le faire grâce à plusieurs entretiens.
        Vous trouverez dans l’article des liens pour pour savoir où trouver des praticiens pour vous diagnostiquer, et comment procéder. 🙂
        L’association TDAH Partout Pareil a aussi une base de donnée des praticien compétents par régions, vous pouvez les contacter via leurs groupes Facebook pour leur demander la liste.

  1. Bonjour,
    Mon fils a depuis la fin de ses études beaucoup de mal à vivre seul, à s’organiser, à trouver du travail et à se projeter dans sa vie. Il a rompu avec sa copine et ses amis. Il s emporte souvent lors de discussions, tourne en boucle Et déménage l intérieur de son appartement régulièrement. Il a été diagnostiqué précoce enfant, jusque là il a reussi à faire de grandes études mais Je le sens bloqué, il n arrive pas à se poser, il est souvent hypernerveux et angoissé et tres démotivé. Il me dit être atteint de Tdah. Comment l aider ? Merci de votre réponse. Je lui ai conseillé d aller voir un psy. Je ne sais plus quoi faire. Mais je sais qu il a un fort potentiel qui ne demande qu à s exprimer. Merci de votre aide.

    1. Bonjour Soline,
      Je comprends votre inquiétude, et effectivement il peut être compliqué de trouver les mots quand on est parent. En tant que jeune adulte avec un TDA/H je suis aussi passée par cette phase (et y retourne un peu de temps à autres). La perspective de la vie active et du futur qui nous est réservé peu être très angoissante, et d’autant plus lorsqu’on a un TDA/H (ou que l’on ne se sens pas en phase avec ses contemporains). Je parle d’ailleurs de cet aspect du TDA/H et des divers changements dans la vie qu’il peut impliquer au travers des articles du blog, notamment celui-ci : https://le-tdah-au-quotidien.com/changer-de-vie-pourquoi-jai-abandonne-mon-ancien-reve/
      Ce que je peux vous conseiller, c’est déjà de continuer à vous renseigner comme vous le faites actuellement sur le TDA/H et ses implications. Vous trouverez ici plein d’articles avec des réflexions qui vous aideront à comprendre et peut-être mieux communiquer avec votre fils.
      Aussi, lorsqu’on s’inquiète on peut avoir tendance à s’acharner en voulant à tout prix faire passer un message. Or cela s’avère souvent contre-productif. Mais vous pouvez par exemple lui parler des divers sites sur lesquels il pourra trouver ses propres réponses, dans un mail par exemple, ce qui a l’avantage de ne pas être intrusif et de laisser le destinataire du message maître de sa situation… Il y a ce site mais pas seulement, il y a par exemple le site d’Arthur : L’éveil du TDAH (il a tout comme moi une chaîne Youtube), la chaîne Youtube de Jean-Baptiste Alexanian (qui est psychiatre), le groupe FaceBook TDAH Partout Pareil sur lequel on peut partager nos questionnements, nos peines, nos victoires, etc.
      Juste l’écouter et écouter ses questionnements, sans intervention et sans jugement, pourrait aussi aider à débloquer la situation et lui permettre de formuler ses attentes, peurs, questionnements, etc. Ainsi il sera plus facile de l’aider par la suite en le soutenant, peut-être en lui indiquant les différentes professionnels qu’il pourrait aller voir et en le soutenant du point de vue administratif s’il l’accepte (il peut-être long et compliqué d’obtenir un rendez-vous avec un spécialiste, surtout quand on a un TDA/H). Je vous renvoie sur cet article qui vous aiguillera sur ce sujet : https://le-tdah-au-quotidien.com/agir-efficacement-diagnostic-suivi-tdah-partie-1/
      Le but de ce site est d’aider les personnes ayant un TDA/H à mieux le vivre, à améliorer leurs compétences et à se développer personnellement, quels que soient leurs objectifs ou difficultés. Donc s’il a des questions, un sujet qu’il voudrait que j’aborde, ou autre, il peut me laisser un commentaire (mais je suppose qu’il le sait déjà 😉 ).
      J’espère vous avoir aidé à trouver une voie qui vous conviendra à tous les deux, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions. 🙂

  2. bonjour, j’avais souscrit à votre blog pour trouver des infos sur mon fils qui a eu le diagnostic de tdah il y a quelques années, mais je ne me suis jamais concernée jusqu’à ces ces derniers temps où ma capacité à tout gérer vole en éclat, où tout m’abandonne de manière criante. les tcc n’ont pas eu d’effets positifs, en général, tous les psy que j’ai croisé n’ont pas réussi à faire aucun diagnostic ni bien-sûr à me donner de pistes concrètes d’amélioration. pour couper court, je viens de commencer un travail en psychanalyse, avec quelqu’un avec qui le courant passe bien mais votre article me fait douter de sa capacité à m’aider.
    vous parlez de médication, mais mon psychiatre m’a dit que l’on ne donnait pas de ritaline aux adultes, et les antidépresseurs ne résolvent pas forcément le problème, surtout que chez moi il s’est conjugué avec un problème de thyroide, qui est sous contrôle, mais je fais des montagnes russes dépressives tous les mois en parallèle de mon cycle. la médication ne m’effraie pas en elle-même, les cocktails, beaucoup plus, d’autant que j’ai une hypersensibilité avec ceux-ci. dans ma région, il n’y a qu’un seul neurologue qui gère ces problématiques, il est est donc très compliqué d’avoir rdv. j’ai trois enfants, le premier avec tdah, le deuxième a priori non, mais sous réserve, le troisième est encore petit (4 ans), mais beaucoup de signes me rappellent mon premier enfant. je suis enseignante, et j’ai repris le travail cette année, et je crois que c’est un trop plein de stress qui me fait éclater. je ne sais pas quelles solutions prioritaires seraient les meilleures pour moi. je découvre en détail votre site extrêmement clair, instructif et fourni. j’aimerais votre avis et un conseil de votre part sur les choses les plus utiles pour moi. merci d’avance et bravo pour ce site.

    1. Bonjour Sandrine,
      Je vous réponds un peu tard (je n’ai malheureusement pas pu m’occuper du blog ces derniers mois)… Où en êtes-vous aujourd’hui ? La psychanalyse peut être intéressante pour prendre conscience de plein de choses, mais c’est une école tout-à-fait différente des thérapies qui prennent en charge le TDA/H, car il n’y a pas de solutions concrètes données à appliquer au quotidien. De plus, les psychanalystes réfutent assez souvent l’existence même du TDA/H, et en attribuent les symptômes à autre chose.
      Les psychiatres qui sont plus dans les neurosciences et qui connaissent le TDA/H sont capables de faire un diagnostique de TDA/H. Ils peuvent ensuite vous suivre et vous conseiller éventuellement de faire une TCC (Thérapie Cognitivo-Comportementale), d’avoir une médication ou d’autres solutions. Car oui bien sûr on peut aussi donner du métylphénidate – la molécule pour le TDA/H qui se trouve dans la ritaline, quasim et autres – aux adultes ! Depuis peu le méthylphénidate a d’ailleurs obtenu l’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) par la HAS (Haute Autorité de Santé) en France ! C’est une grande victoire ! 🙂 Effectivement il faudra discuter avec le praticien de vos différents problèmes de santé et traitements si vous souhaitez une prise en charge médicamenteuse du TDA/H, mais il saura vous guider.
      Pour vous aider à trouver un professionnel adapté, vous pouvez contacter l’association TDAH Partout Pareil via leurs groupes Facebook, elle a une base de donnée des professionnels compétents par région et pourra vous donner la liste.
      En revanche si vous souhaitez plus trouver des solutions au quotidien et n’êtes pas attachée au diagnostic en lui-même, vous pouvez aussi faire appel à des coachs spécialisés TDA/H, ils ne peuvent pas faire de diagnostiques mais travaillent avec vous sur la mise en place de stratégies au quotidien, de la même manière que dans une TCC.
      Si vous souhaitez plus d’informations et de pistes adaptées à votre situation personnelle, n’hésitez pas à me contacter par mail ou à me donner plus de détails sur les difficultés que vous rencontrez au quotidien.
      Je vous prie encore de m’excuser pour l’attente, et j’espère avoir pu vous aider quand-même. 🙂

    2. Bonjour Sandrine, je vous écris car je me trouve dans la même situation que vous, problème de Tyroïde Hashimoto survenue après mon 2èm BURN out. Après 2 ans de psychiatre, antidépresseurs et anxiolytiques, en plus de Levothyrox bien sûr… j’ai fini par me poser les mêmes questions car 2 enfants TDAH et la fille avec Dyslexie et voir plus. Ni psychiatre ni psychologue ne m’ont orienté vers une rechute de TDAH, car oui cela est génétique et si vous avez plusieurs enfants avec ce genre de difficultés alors vous l’êtes vous aussi très certainement. C’est ce que m’a expliqué le neurologue spécialisé TDAH que j’ai consulté à Montpellier à la clinique du Parc. Vraiment très compétent, il m’a fait une IRM cérébrale et cognitive, m’a orienté vers un psychiatre spécialisé et vers des thérapeutes pour de TTC mais spécialisés pour les TDAH. Il m’a conseillé aussi une psychothérapie pour reprendre confiance en moi car il est clair qu’après toutes ces années sans comprendre pourquoi j’avais perdu tous mes moyens, on a forcément besoin d’aide . Ce neurologue m’a donné le traitement de Méthylphénidate et malgré mes appréhensions j’ai été agréablement surprise car cela me fait un bien fou, j’ai pu arrêter anti dépresseur et anxiolytique rapidement car retrouvant ma motivation et mes capacités cognitives dont la perte était la raisons de ces crises d’angoisses insupportables. Tous cela pour vous dire que surtout faite la recherche vous même de professionnels compétent dans ce domaine pour vous aider car il n’y a qu’eux qui vont pouvoir vous aider et les non spécialistes ne nous orientent malheureusement pas vers eux…c’est triste mais le TDAH est très méconnu et cela est bien lamentable à notre époque en France. J’espère vous avoir aidé comme j’aurai aimé être aidé. Bon courage, vous y arriverez!! Et grand Merci à Anne pour son blog !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez votre

e-book offert

+ le podcast

Et découvrez comment :


- Ne plus être submergé par le quotidien 


- Augmenter votre gestion du temps
, votre concentration et la gestion de votre énergie

 

 

Votre adresse email ne sera ni cédée ni revendue. Vous recevrez mes contenus, offres commerciales et autres conseils pour vous aider à faire de votre TDA/H un atout. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Suivez-moi sur ...
Regardez aussi
D'autres sites qui pourraient vous intéresser
Suivez le blog sur sa page Facebook ! :)

Bonjour,

Je suis Anne Juguet, coach de vie et diagnostiquée TDA/H ! Passionnée de psychologie, de neurologie, de développement personnel et de techniques d’apprentissage et de coaching, j’étudie ces différents domaines au travers du prisme du TDA/H et de ses troubles associés.

Si vous êtes hyperactif, hypoactif, inattentif, impulsif, hypersensible ou hyper-émotif, et que vous voulez améliorer votre qualité de vie, je vous montrerai sur ce site comment j’ai fait et vous ouvrirai la voie pour que vous puissiez vous aussi vivre vos particularités comme autant d’atouts dans votre vie !

Articles Similaires

TDA/H et pensées négatives

Bonjour cher hyper-lecteur ! Imaginez cette situation : Vous êtes en train de travailler sur un projet pour votre entreprise. C’est la toute première fois que vous faites ce type

%d blogueurs aiment cette page :